L’expérience marocaine en matière des médias abordée aux Assises de l’UPF

L’expérience marocaine en matière des médias abordée aux Assises de l’UPF

L’expérience marocaine en matière des médias a été abordée, mardi à Rabat, lors de la séance d’après-midi de la première journée des 42èmes Assises de l’Union internationale de la presse francophone (UPF). Intervenant lors de cette séance, le coordonnateur du dialogue national sur les médias et la société, Jamal-Eddine Naji, a présenté la plate-forme de ce dialogue qui vise à «normaliser la place et le rôle des médias au sein de la société marocaine au profit d’un exercice démocratique de la liberté d’expression». Ce dialogue a pour objectif également «d’installer et de féconder des rapports de dialogue permanents organisés entre le monde des médias et les acteurs institutionnels de la vie démocratique (gouvernement-Parlement-justice)», a-t-il dit. Il a pour but de «légitimiser les médias et leur rôle sociétal aux yeux de tous les acteurs de la société par une mise à niveau aux plans de la formation, de la formation continue, du professionnalisme, de l’éthique, des pratiques déontologiques, de l’autorégulation et de l’organisation syndicale». Pour sa part, le président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux, Khalil Hachimi Idrissi, a souligné l’importance de la presse dans la société, indiquant qu’elle doit jouer pleinement son rôle d’information et «éclairer sur des faits» au lieu de «se substituer aux partis politiques». Il a mis l’accent, à cet égard, sur la nécessité d’une entreprise de presse «mise à niveau et qualifiée aux niveaux fiscal, professionnel et social», appelant à «immuniser le métier de journaliste contre les dérives». La presse doit «prendre en charge un minimum de règles éthiques et déontologiques» et «servir l’intérêt général», a-t-il dit. De son côté, Younès Moujahid, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM), a estimé que «tout débat sur la presse doit être placé dans son contexte mondial», ajoutant que «le futur du journalisme définira le futur de la société». «Notre philosophie est de continuer le débat pour mettre tous les acteurs devant leurs responsabilités», a souligné M. Moujahid, appelant à une «réforme de la presse et des médias aux niveaux économique et de la gestion des ressources humaines». Les 42èmes Assises de l’UPF, organisées sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, se sont ouvertes, mardi matin à Rabat, avec la participation de 200 journalistes et spécialistes des médias de plus d’une centaine de pays. Initiée par le ministère de la Communication en partenariat avec l’Union internationale de la presse francophone, cette rencontre (1er – 4 juin), qui coïncide avec la célébration du 60ème anniversaire de la création de l’Union et du 40ème anniversaire de la création de l’Organisation de la francophonie, a pour thème central «La responsabilité politique et sociétale des médias».


Raffarin  : «Les médias sont loin d’être épargnés par la crise financière et économique mondiale»
La situation de crise financière et économique mondiale touche tous les secteurs d’activités et les médias sont loin d’être épargnés, a affirmé, mardi à Rabat, Jean Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, représentant personnel du président français Nicolas Sarkozy. «Il s’agit pour nous tous d’être vigilants dans le cadre de la mondialisation en marche afin de préserver une presse en français de qualité», a-t-il ajouté dans un message diffusé lors des 42èmes Assises de l’Union internationale de la presse francophone qui se tiennent à Rabat du 1er au 4 juin. «Je tiens en outre à vous faire part de ma préoccupation concernant le maintien d’une presse francophone dans les cinq continents», a ajouté M. Raffarin.  De son côté, le secrétaire général de la francophonie, Abdou Diouf, a indiqué, dans un message lu en son nom par son conseiller spécial, qu’«il existe une autre manière de faire preuve de responsabilité sociale. J’ai toujours pensé, et je pense encore qu’il n’est point de liberté d’informer sans limites éthique et morale». La responsabilité sociale implique que chaque homme des médias, dans l’exercice de ses fonctions, puisse se fixer ses propres limites et inventer sa propre boussole interne, a-t-il ajouté. Les travaux des 42èmes Assises de l’Union internationale de la presse francophone se sont ouverts, mardi matin à Rabat, sous le thème «La responsabilité politique et sociale des médias» avec la participation de 200 journalistes venant de plus de 100 pays.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *