Lire


L’Orange bleue
Ce livre  de Abdellatif Lâabi, adressé aux enfants, a reçu le prix Grand Atlas 2005 dans la catégorie jeunesse. Conte poétique, L’orange bleue est un chant d’amour à la terre, la patrie commune de tous les humains. Des origines à nos jours, il en retrace la belle aventure, s’interroge sur ses mystères et avertit des dangers qui la menacent. Aux générations futures, il dit: son avenir est entre vos mains.
Ce livre adressé aux enfants, se présente en deux langues, : français et arabe. Les illustrations qui accompagnent les textes littéraires ont été réalisées par Philippe Amiroche.
Poète, dramaturge et romancier, Abdellatif Lâabi est né en 1942 à Fès dans une famille d’artisans traditionnels.
Il enseignera la langue française jusqu’en 1972. C’est à ce moment que commence une longue période où il essayera à travers ses écrits, de dire l’homme dans sa vérité, en prise avec les problèmes de la société marocaine. Abdellatif Lâabi interroge, questionne, pousse à la prise de conscience. Son œuvre a pour credo : la dignité de l’Homme.

Abdellatif Lâabi, L’orange bleue, Marsam, 2004, 80DH


La Moudawana : le nouveau droit de la famille au Maroc
Ce livre de Omar Mounir analyse le nouveau texte de la Moudawana. En effet, depuis le mois de février 2004, un nouveau code de la famille est en vigueur au Maroc. L’auteur souligne à travers cet ouvrage que ce nouveau code est le plus important de tout l’arsenal législatif. Il s’applique, au regard du droit marocain, à tous les Marocains sans distinction. Aucun autre code ne connaît une telle étendue  humaine et géographique. Selon la note de l’éditeur, ce texte remplit deux tâches fondamentales : d’abord favoriser la formation de la famille, prévenir prudemment et ensuite s’ouvrir à l’universel. Là est le contenu de la Moudawana qu’expose méthodiquement le présent ouvrage sur lequel Omar Mounir s’interroge.

Omar Mounir, La moudawana, le nouveau code de la famille au Maroc, Marsam, 2005, 135 pages, 70DH



Morceaux de Choix, les amours d’un apprenti-boucher
Ce premier roman de Mohamed Nedali a valu à l’auteur la consécration au Prix Grand Atlas 2005. C’est l’histoire de Thami. Ce jeune homme de bonne famille, issu d’une prestigieuse lignée de Adels, brave l’ire paternelle et la représentation familiale pour embrasser la seule profession qui lui tient à cœur : celle de devenir apprenti-boucher. Dans une langue truculente, Mohamed Nedali livre les émois de son jeune héros, la sensualité trouve sa première expression dans le maniement des chairs fraîchement égorgées de la boucherie autant que dans la passion contrariée qui le lie à la belle Zineb. A travers l’éducation sentimentale de Thami, Mohamed Nedali esquisse une danse de vie où sensualité, passion charnelle et humour nous font sourire aux premiers élans d’un jeune cannibale bien de chez-nous.
Mohamed Nedali est né à Tahanaoute en 1962, , dans une famille démunie. Après des études secondaires à Marrakech, il complète sa formation en France où il obtient une licence en lettres modernes et un diplôme de cycle spécial à l’Université de lettres de Nancy. Professeur de français depuis 1985, il enseigne aujourd’hui au lycée de Tahanaoute. Morceaux de choix est son premier roman.

Mohamed Nedali, Morceaux de choix, les amours d’un apprenti-boucher, le Fennec, 2003, 278 pages, 75 DH


1974
Après Jeanette Garland et Susan Ridyard, la jeune Clare Kemplay vient de disparaître sur le chemin de l’école. Son cadavre sera bientôt retrouvé dans une tranchée sur un chantier. Nous sommes en 1974, dans la région de Leeds. Noël approche.
Edward Dunford, reporter à l’Evening Post, est encore un néophyte qui fait ses premières armes dans l’ombre du journaliste vedette de la rédaction, Jack Whitehead.
Au volant de la vieille voiture de son père, il sillonne les routes de l’ouest du Yorkshire à la recherche d’indices susceptibles d’éclairer les meurtres de ces trois fillettes.
Au début, il croit seulement chasser le scoop, mais plus il enquête, plus il découvre que bien des choses sont pourries au royaume du Yorkshire : policiers corrompus, entrepreneurs véreux, élus complices… Depuis ce premier volume de la tétralogie que David Peace a consacrée au Yorkshire, la réputation de l’auteur n’a cessé de grandir. Dès la parution de 1974, la presse avait été quasi unanime : " on ne saurait échapper à la musique d’une telle douleur ", lisait-on dans le New York Times, tandis que Michel Abescat parlait dans Télérama d’un " requiem bouleversant d’humanité et de compassion ".

David Peace, Daniel Lemoine, 1974, Rivages, 2005, 396 pages

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *