Lire

Le grand frère des banlieues
Cet ouvrage retrace le parcours sportif d’un champion du monde de full contact Abel El Quandili. Ce Marocain qui a grandi en France, est connu pour son action auprès des jeunes dans les banlieues les plus favorisées. Son histoire est relatée ici de la plume de l’un de ses amis et agent Hafid Hamdani.La narration commence par la naissance du Champion dans le bidonville de Nanterre. Il raconte sa vie dans ce bidonville. " Je suis né un jour de décembre 1964, dans le bidonville de la Folie, à Nanterre. Et quand je dis bidonville, c’était un vrai de vrai, à trois kilomètres de Paris. La baraque de mes parents n’était qu’un tas de planches et de tôles. Pas d’eau, pas de gaz, pas d’électricité et pas de tout-à-l’égout ». C’est dans ce climat défavorisé qu’Abel a grandi et s’est forgé une personnalité. Il a appris à se battre contre les affres de la vie. Le grand frère des banlieues est le récit d’une souffrance mais aussi et surtout d’une réussite. Il conclut « je ne boxe plus, à présent. Pourtant mon combat continue. Dans ce livre entre autres ». 

Abel El Quandili, Hafid Hamdani « Le grand frère des banlieues »,
Fayard, 2005, 295 pages


«Poèmes bleus»
Cet ouvrage est un magnifique recueil de soixante-cinq poèmes courts et épurés. La poétesse et traductrice Siham Bouhlal fait ici la chronique d’une âme désespérée à son aimé devenu insensible à ses appels passionnés. Cet être tant désiré reste au  mur de l’indifférence. Face à cette froideur, la narratrice pleure son souvenir et avance seule traînant sa lourde peine.
Siham Bouhlal offre dans ce recueil une soixantaine de poèmes sans fioritures ni artifices. Ces poèmes sont finement ciselés autour des abîmes d’un amour sans partage. Le lecteur ressent la détresse de l’être abandonné dont la seule raison de vivre n’a que faire d’un tel attachement et qui oppose une fin de non-recevoir.
Le chercheur Jamal Eddine Bencheikh dit de Siham Bouhlal qu’elle est poétesse et passeuse de cultures. Il ajoute dans la quatrième de couverture « ses poèmes frémissent comme les algues qui s’élancent puis s’enfouissent au cœur d’une marée secrète. Ils se mirent au rêve d’une onde à venir, tels ces chants mystiques du temps où la foi ne portait point les armes ».

Siham Bouhlal, « Poèmes bleus »,
 Tarabuste, 2005, 72 pages


«Atlas Events»
Désormais tous les évènements artistiques  culturels et sportifs sont répertoriés. L’agence Mtconfor a eu l’idée de rassembler tous les festivals et les activités culturels du Maroc dans un guide qu’elle a nommé : « Atlas Events ». La première édition de cet ouvrage, réalisé en partenariat avec plusieurs structures de presse et d’autres sponsors offre un éventail d’évènements par ordre alphabétique.  Parmi les rubriques de cet atlas, figure : « arts et culture », « festivals fêtes et moussems », « salons et foires » « manifestations sportives », et «rencontres thématiques » pour ne citer que ceux-là.
Le guide Atlas Events est donc un recueil reprenant l’ensemble des évènements, manifestations et rencontres à récurrence annuelle et à édition régulière au Maroc. Les concepteurs de cet ouvrage précisent néanmoins que « cet ouvrage ne prétend pas à une exhaustivité totale, mais tend à couvrir tout le champ événementiel progressivement».

Atlas Events, le guide des évènements au Maroc,
mt confor, 2005, 100DH



Le Bourgeois gentilhomme
L
e célèbre chef-d’œuvre théâtral de Molière est aujourd’hui disponible en édition marocaine. Cet ouvrage paru chez Sochepress et édité par Wallada est préfacé par le dramaturge Tayeb Seddiki. Ce dernier lui rend un vibrant hommage de l’autre rive de la Méditerranée. Tayeb Sediki déclare implicitement que Molière a en quelque-sorte participé à la fondation du théâtre marocain.
Dans cette « comédie-ballet », présentée pour la première fois par Molière devant le roi de France Louis XIV, à Chambord en 1960, le dramaturge réalise le tour de force d’être à la fois plein d’un humour ravageur aux dépens des snobs. Depuis plus de trois siècles, cette pièce à grand spectacle musical n’a cessé d’être jouée et étudiée sur les cinq continents, en plusieurs langues y compris le berbère et l’arabe et de ravir les publics les plus divers, intellectuels ou populaires.

Molière, « Le bourgeois gentilhomme »,
Sochepress-Wallada, 2005, 157 pages

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *