Lire

«Le Religieux et la politique»
Samer Aboulkassim, militant de gauche et jeune chercheur en pensée islamique contemporaine, revisite le fait religieux et la politique. Dans cet essai critique, il revient sur les traits marquants de trois mouvances, à savoir le Parti Justice et Développement (PJD), le Mouvement Unicité et Réforme (MUR) et Al Haraka Min Ajli Al Oumma. Le chercheur replonge dans les textes fondateurs de ces trois mouvements pour dégager pièges et contradictions des uns et des autres. Le chercheur repose également, en d’autres termes, la question de la religion et du modernisme et surtout l’épineuse équation américaine voulant les islamistes comme composante essentielle du champ politique arabe. Samer Aboulkassim ne ménage pas non plus les élites intellectuelles et politiques actuelles incapables, selon lui, de mettre la société sur la voie de cette modernité tant attendue. D’autres questions (terrorisme, religion et politique) soulevées par ces quelque 112 pages méritent d’être explorées. L’auteur a cela de particulier que, tout en provenant des milieux de la gauche radicale, il a eu le temps d’affiner ses armes en théologie. Le cocktail est tentant.

Samer Aboulkassim
« Le Religieux et la politique »
Ed. Dar Tawhidi (Novembre 2005)
111 Pages- 15 DH


Le complot
Comment un texte inventé de toutes pièces peut-il circuler depuis cent ans et provoquer des revirements politiques fracassants ? Will Eisner retrace avec génie toute l’histoire de ce faux " complot juif " monté au début du XXe siècle pour attiser l’antisémitisme régnant en Europe et en Russie : les Protocoles des Sages de Sion justifient les pires intentions, et leur diffusion connaît un succès retentissant avant et pendant la Première Guerre mondiale.
Un journaliste britannique du Times découvre la supercherie en 1921 : les Protocoles sont une copie presque conforme d’un obscur traité anti-bonapartiste, les Dialogues aux enfers entre Machiavel et Montesquieu, écrit par un dissident français en exil. Les " auteurs " des Protocoles n’ont eu qu’à remplacer les bonapartistes par les Juifs et le mot " France " par " le monde "… On connaît donc la vérité mais rien n’y fait : les Protocoles sont utilisés par Hitler, le Ku Klux Klan et trouvent encore aujourd’hui des millions de lecteurs dans les pays arabes. Surpris par le destin insolite de ce plagiat, Eisner nous raconte son histoire avec un coup de crayon très expressif, drôle et noir, ironique et inquiétant. Des cadrages audacieux, d’impressionnantes pages titres, pour mieux dénoncer un mensonge qui sert la haine et l’antisémitisme. Né en 1917, Will Eisner est l’un des vrais pionniers de la bande dessinée américaine. Avec son personnage fétiche, " Le Spirit ", qu’il dessina de 1941 à 1953, puis en explorant, jusqu’en 1973, les possibilités éducatives de la bande dessinée, il a révolutionné le monde du 9e art. Will Eisner s’est éteint le 3 janvier 2005.

Will Eisner, Umberto Ecco, Pierre Emmanuel,
Dauzat,  «le complot, Editions Grasset,
143 pages, 2005-12-15


Chirurgien par vocation, La maîtresse du médecin italien
Comment la direction du Hampstead General a-t-elle pu nommer lord Radley, habitué des magazines people, patron du service de chirurgie ? Il ne faut pas longtemps à Sophie Harrison pour détester Charlie Radley qui appartient, tout comme l’homme qui l’a fait souffrir, au monde frivole et cruel de la jet-set. Et si Charlie se montre, à l’expérience, brillant et courtois, il est évident qu’il s’agit d’un numéro de charme destiné à cacher sa vraie nature!
La maîtresse du médecin italien La vie du Dr Carlo Rossi tourne autour de son travail, à l’hôpital Karina Rossi qu’il a fondé, et de sa petite fille qu’il élève seul depuis la mort de sa femme dont il est inconsolable. Pourtant, lorsqu’il rencontre Danielle Blake, la fille de l’un de ses patients plongé dans le coma, il est troublé par sa beauté glacée et impassible. Et intrigué par son hostilité incompréhensible envers lui

Kate Hardy, Catherine Spencer, Chirurgien par vocation,
La maîtresse du médecin italien, Editions Harlequin, 2005


L’asymétrie et la vie
Pourquoi l’enfer des camps ? Pourquoi la destruction ? Pourquoi l’incapacité de l’homme à assimiler les leçons de l’Histoire ? En marge de ses récits sur Auschwitz, Primo Levi n’a cessé de s’interroger sur ce noyau incompréhensible de l’action humaine révélé par la Shoah, comme en témoigne ce recueil de textes rédigés entre 1955 et 1987. Avec l’obstination que, chimiste, il met à se mesurer à la matière pour en connaître la structure, Primo Levi écrivain montre dans une prose lumineuse que la racine du mal réside dans une asymétrie inséparable de la vie. Des textes d’une passionnante actualité à travers lesquels se dessine une autobiographie à la fois scientifique, littéraire, politique et morale

Primo Levi, Marco Belboliti, Nathalie Bauer,
collections Bibliothèques, 316 pages, 2005


Les Rois maudits
Au début du XIVe siècle s’ouvre, contre les Templiers, le plus vaste procès dont l’Histoire ait gardé le souvenir. Jacques de Molay, le grand maître de l’Ordre, meurt sur le bûcher en lançant sa terrible malédiction contre le roi de France, le pape et les grands du royaume : Maudits, tous maudits jusqu’à la treizième génération de vos races ! Dès lors, le malheur s’abat sur la France. Les quatre derniers Capétiens directs meurent en moins de quinze années : adultères, meurtres, procès, trahisons ébranlent la dynastie, et mènent à la guerre de Cent Ans. Cette extraordinaire saga a conquis des générations de lecteurs à travers le monde et donné naissance à de formidables créations audiovisuelles. Maurice Druon est né en 1918 à Paris. Pendant la guerre, il rejoint Londres et les Forces Françaises Libres.

Maurice Druon, Les Rois maudits, tome1,
Editions Plon, 2005,654 pages

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *