Lire

Le Maroc des jeunes
Nourredine Affaya et Driss Guerraoui viennent de publier un ouvrage en commun. Intitulé «Le Maroc des jeunes», ce livre est le résultat d’une enquête réalisée auprès de 100 jeunes leaders marocains. Son objectif est d’apporter un éclairage sur la vision que les jeunes ont du Maroc actuel et de son avenir. Cette enquête a été enrichie par une analyse raisonnée des mutations de l’environnement politique, économique, social et culturel dans lequel évolue la jeunesse marocaine et d’un recueil de témoignages puisés auprès de jeunes connus pour leur qualité de leaders dans les domaines de la politique, de l’entreprise, du mouvement associatif, des médias, de la communication et de l’art.  Cet ouvrage est composé de trois parties : « Le Maroc en mouvement », « Le Maroc actuel et son avenir » et enfin une dernière partie comprend des témoignages de personnages de la société civile. Parmi les noms figurent entres autres Karim Tazi, Samia Akariou, Rachid El Ouali et Abdellah Baqquali.

Nourredine Afaya, Driss Guerraoui, « Le Maroc des jeunes », publications de l’Arci,216 pages, 2006


Le Photographe
D’un même élan, d’une même foulée, on attaque notre premier col. C’est la montagne-frontière, le Dewana Baba, le col du vieux fou. 5 000 mètres. On m’a prévenu que ce ne serait pas une partie de plaisir. Effectivement, c’est très pénible. Toute la nuit, on grimpe au pas de charge un tas de cailloux sans fin qu’on ne voit pas. Tandis que ma raison me répète en boucle que je ne vais pas y arriver
mes pieds continuent d’avancer. Il fait de plus en plus froid. Vers cinq heures, l’aube point. Saoul de fatigue, au passage du col, je dois avouer qu’au fond de moi, je me demande ce que je fous là. Et comme d’habitude, je me réponds en prenant des photos.

Emmanuel Guibert (Dessins), Didier Lefèvre
(Scenario), Le "Photographe"
Edition "Dupuis", 80 pages


L’œil d’Horus
Le destin de Menî est tracé : héritier du trône de Haute Egypte, il doit succéder à son père, Antaref. Pour l’heure, il sait à peine tirer à l’arc et ne s’intéresse qu’à ses animaux familiers. Le roi Antaref de la Haute Egypte s’inquète de son fils qui devra le remplacer et sauvegarder les frontières du pays. Il le met à l’épreuve: il lui ordonne de partir et d’accomplir trois exploits. Meni a une passagère dans sa barque, Thouyi une jeune voleuse de son âge poursuivie par les marchands. Elle s’avère fort heureusement plus débrouillarde que lui et assure le succès de l’entreprise. Le voyage initiatique sombre carrément dans le merveilleux où il perd toute crédibilité.

Alain Surget, "L’Oeil d’Horus"
Edition Flammarion, 159 pages


Le Pianiste
Lorsque l’armée hitlérienne envahit la Pologne, Wladyslaw Szpilman est un jeune pianiste. Il vit avec ses parents et ses frères et sœurs à Varsovie et travaille pour Radio Pologne. La chute de la ville entre les mains allemandes fait basculer leur destin. Les portes du ghetto vont bientôt se refermer sur eux, et sur un demi-million de Juifs polonais, condamnés à l’esclavage, aux privations et à la mort. Szpilman raconte la vie quotidienne, qui continue jusqu’en 1942, les trahisons et les inégalités au sein de la communauté juive enfermée, puis les déportations méthodiques, la perte de sa famille, et la révolte du ghetto, sursaut d’une poignée de désespérés face à une armée allemande suréquipée. Il livre ici le récit halluciné d’une lutte pour la survie.

W. Szpilman, "Le Pianiste"
Edition "Pocket Jeunesse",
 252 pages


La Cicatrice
Histoire d’un enfant différent affublé du sobriquet de "Grosse-lèvre" à cause d’une cicatrice suite à l’opération d’un petit bec-de-lièvre. Un jeune héros victime du rejet et de l’hostilité « J’ai, depuis toujours, une cicatrice sur la lèvre supérieure. Les médecins disaient, sans cruauté, en triturant mon visage et en tirant sur ma lèvre comme un acheteur inspecte la gueule d’un poulain, que c’était un bon travail de "raccommodage" : J’aurais pu, j’aurais dû deviner que c’était en réalité un petit bec-de-lièvre. Mais il était tellement bien réparé qu’on parlait toujours de "cicatrice".» Un roman inoubliable sur le thème de la différence.

Bruce Lowery, "La Cicatrice"
Edition "J’ai lu Jeunesse",189 pages

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *