Lire

Comment les riches détruisent la planète
Kempf Herve, «Comment  les riches détruisent la planète», Seuil, 2007

Nous sommes à un moment de l’Histoire qui pose un défi radicalement nouveau à l’espèce humaine : pour la première fois, son prodigieux dynamisme se heurte aux limites de la biosphère et met en danger son avenir. Vivre ce moment signifie que nous devons trouver collectivement les moyens d’orienter différemment cette énergie humaine et cette volonté de progrès. C’est un défi magnifique, mais redoutable. Or, une classe dirigeante prédatrice et cupide, gaspillant ses prébendes, mésusant du pouvoir, fait obstacle au changement de cap qui s’impose urgemment. Elle ne porte aucun projet, n’est animée d’aucun idéal, ne délivre aucune parole mobilisatrice. Après avoir triomphé du soviétisme, l’idéologie néolibérale ne fait plus que s’encenser. Presque toutes les sphères de pouvoir et d’influence sont soumises à son pseudo-réalisme, qui prétend que toute alternative est impossible et que la seule voie imaginable est celle qui conduit à accroître toujours plus la richesse. Cette représentation du monde n’est pas seulement sinistre, elle est aveugle. Elle méconnaît la puissance explosive de l’injustice, sous-estime la gravité de l’empoisonnement de la biosphère, promeut l’abaissement des libertés publiques. Elle est indifférente à la dégradation des conditions de vie de la majorité des hommes et des femmes, consent à voir dilapider les chances de survie des générations futures. Pour l’auteur de ces pages incisives et bien informées, on ne résoudra pas la crise écologique sans s’attaquer à la crise sociale concomitante. Elles sont intimement liées. Ce sont aujourd’hui les riches qui menacent la planète.

Un pouvoir nommé désir
Catherine Nay, «Un pouvoir nommé désir», Grasset et Fasquelle, 2007

Beaucoup de livres ont déjà été – ou seront – publiés sur Nicolas Sarkozy, et la curiosité qu’inspire cet homme politique devrait s’amplifier à l’approche de l’élection présidentielle. La particularité de la biographie que lui consacre Catherine Nay tient cependant à plusieurs éléments : son exhaustivité (de l’origine des grands parents aux épisodes les plus récents) ; son " empathie critique "; la personnalité de l’auteur (qui s’est déjà illustrée avec des ouvrages fameux.
En effet, Catherine Nay est La biographe par excellence des fauves politiques qu’elle côtoie chaque jour. Et, une fois de plus, elle le prouve avec ce livre qui, de toute évidence, sera un élément très visible de la campagne qui s’annonce.
Dans ce Pouvoir nommé désir, l’auteur explore méticuleusement la genèse familiale du " petit Nicolas ". Son père (un aventurier flamboyant, un père trop absent), sa mère (le pivot du " clan " Sarkozy… une sorte de Rose Kennedy), ses amis, ses amours, son enfance, etc… sont évoqués avec une précision incroyable. Ces éléments permettent de mieux comprendre l’avidité avec laquelle Nicolas Sarkozy se jeta sur la politique et comment il voulut en faire son festin. Plus subtilement, les relations avec son père-absent éclairent le souci que Sarkozy aura toujours d’être reconnu par les pères (Pasqua, Chirac) ou, à défaut, de les tuer…

L’argent caché de l’Elysée
René Dosière, Guy Carcassonne, «L’argent caché de l’Elysée », Editions Seuil, 75 pages

+798 %. Telle est la progression fantastique des dépenses de l’Elysée durant la présidence de Jacques Chirac, qui avait pourtant promis, à son arrivée, une " présidence modeste ". Et il ne s’agit que de la partie visible du budget présidentiel, la partie cachée, deux fois supérieure, étant répartie entre douze ministères mis à contribution par l’Elysée. Pour la première fois sous la Ve République, ce livre dévoile le véritable budget de la présidence, seule institution de notre République à dépenser sans contrainte ni contrôle l’argent public. Soucieux de revaloriser la fonction parlementaire, René Dosière n’a pas hésité à briser le silence de plomb qui règne, depuis toujours, sur ce sujet. Pendant cinq ans, il a pratiqué un " parlementarisme d’investigation " dont cet ouvrage expose les modalités et les résultats. Une enquête décapante.

L’étoile oubliée de Laurie Bloom
Enki Bilal, Pierre Christin, «L’étoile oubliée de Laurie Bloom », Casterman, 91 pages

Lorsque cette œuvre de Pierre Christin et Enki Bilal est sortie en 1984, sa nouveauté radicale a été unanimement saluée. Rompant aussi bien avec la bande dessinée traditionnelle qu’avec le livre illustré classique ou le simple carnet de voyage, elle mélangeait reportage de terrain et fiction littéraire, photo, peinture et dessin, interviews plus ou moins apocryphes et documents plus ou moins retravaillés, sociologie urbaine et fiction hollywoodienne, jouant autant sur une maquette objective de type magazine que sur un discret parfum subjectif. Autant d’éléments qui allaient tous se retrouver ultérieurement à des degrés divers dans la production graphique française contemporaine. Reprendre cet album aujourd’hui, après de longues années où il est resté pratiquement introuvable, c’est comme redécouvrir dans la salle obscure de nos souvenirs un film en technicolor ayant légèrement pâli depuis. Mais aussi un document sur le Los Angeles d’alors, une plongée dans les quartiers cramés, une virée dans les banlieues chic, une initiation à ce qui allait devenir la modernité internationale, une méditation sur ce qu’était déjà la célébrité au cinéma et ailleurs. Une femme qui pourrait bien être Laurie Bloom, star des sixties, a donc disparu des écrans et peut-être disparu tout court. Deux jeunes Français partent à sa recherche dans une sorte de long travelling avant, entre road movie reformaté et film noir à suspense.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *