Lire

Le Futurisme à Paris

Il y a cent ans naissait l’avant-garde. Le 20 février 1909, le poète italien Marinetti publiait à la une du Figaro le Manifeste du futurisme, il y célébrait le nouvel âge des foules, la beauté de la machine, le dynamisme, la vitesse, le mépris du passé… Un an plus tard, Balla, Boccioni, Carra, Russolo, Severini signaient un nouveau manifeste qui dotait le futurisme d’une composante picturale. Fiers et belliqueux, les peintres italiens ambitionnaient d’imposer leur peinture à Paris, d’y supplanter un cubisme qu’ils suspectaient de conservatisme… Des débats parisiens émergeaient bientôt une troisième voie une associant le formalisme cubiste et la modernité futuriste. En France, Duchamp peignait son « Nu descendant l’escalier», Picabia  « Udnie » ; en Russie, Malevitch brandissait l’étendard du « cubofuturisme »; en Angleterre, Lewis fédérait les jeunes peintres « rebelles » autour du vorticisme ; au Salon des indépendants de 1913, Apollinaire saluait l’avènement d’une nouvelle école picturale, l’orphisme. Par une iconographie abondamment commentée, chaque oeuvre faisant l’objet d’une notice, le présent catalogue instruit le dossier du fantastique bouillonnement artistique qui anima les années précédant la Première Guerre mondiale.

Le Futurisme à Paris de Collectif
Éditions : Le Centre Pompidou/Cinq continents, 2008


Low Moon et autres histoires

Depuis plusieurs années, chaque nouvel album de Jason poursuit l’élaboration d’un univers à part, étrangement décalé. «Low Moon », joli petit recueil de plus de 200 pages, en plus de progresser l’exploration formelle et sémantique de la bande dessinée, se présente comme son oeuvre la plus aboutie. A travers cinq histoires a priori sans aucun lien puisqu’on passe de la parodie de western au polar ou à la science-fiction, Jason raconte une société creuse, vidée de sa substance, dans laquelle les personnages tournent en rond dans un labyrinthe sans issue. Les histoires se répètent, les cow-boys s’affrontent aux échecs et passent leur temps le portable à l’oreille au lieu de se comporter comme des vrais héros. Quant aux relations amoureuses, elles sont toujours aussi désespérément crispées. Si bien que dans ce monde tiède et fade, le bonheur paraît impossible.

Low Moon et autres histoires de Jason
Éditions : Carabas, 2008



La Mémoire fantôme

Une femme à bout de souffle court sous l’orage. Dans le creux de sa main, un message gravé en lettres de sang : « Pr de retour ». Elle pense être en février, nous sommes fin avril. Elle croit sa mère vivante, celle-ci s’est suicidée voilà trois ans dans un hôpital psychiatrique… Quatre minutes. C’est pour elle la durée approximative d’un souvenir. Après, les mots, les sons, les visages… tout disparaît. Pourquoi ces traces de corde sur ses poignets ? Que signifient ces scarifications, ces phrases inscrites dans sa chair ? Quel rapport entre cette jeune femme et les six victimes retrouvées scalpées et torturées quatre années plus tôt ? Pour Lucie Henebelle, promue lieutenant à la brigade criminelle de Lille depuis l’affaire de la «chambre des morts», la soirée devait être tranquille.

La Mémoire fantôme de Franck Thilliez – Éditions : Pocket, 2008

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *