Entre Orient et Occident

Entre Orient et Occident

L’auteur du «Coffre des secrets» revient avec un texte sérieux pour raconter la cassure entre Orient et Occident. Ici dans Sinalcol, c’est à travers le périple de Karim Chammas que l’on entre de plain-pied dans ce qui sous-tend les rapports intérieurs entre plusieurs espaces de vie. Karim Chammas vient de passer dix ans de sa vie à Montpellier. C’est là, dans cette ville du Sud de la France qu’il a choisi de faire ses études de médcine. C’est aussi là qu’il a un jour rencontré l’amour et décider de se marier avec une Française. C’est encore là qu’il a élu domicile en s’installant comme dermatologue.

Tout naturellement, il a un jour juré ses grands dieux de ne jamais remettre les pieds chez lui, dans sa terre natale, au Liban. Mais, avec le temps et l’eau qui a coulé sous les ponts,  il se décide finalement à accepter la proposition de son frère, Nassim, de prendre la direction de l’hôpital que ce dernier projette de construire. Mais le voyage et le rêve de renouer avec ses origines tournent court. Six mois plus tard, Karim  est choqué, déçu, ravagé par sa nouvelle expérience libanaise. Il se résout, non sans grande peine, à revenir en France. Il a appris tant de choses sur l’histoire de sa famille, le projet d’hôpital est tombé à l’eau, ses deux aventures amoureuses ont tourné court et, surtout, il a vu ses anciens camarades de la gauche laïque se complaire dans leurs habits tout neufs d’islamistes obtus. Bref, ce retour au bercail a été très important à plus d’un égard.

D’abord, Karim a vérifié toutes ses craintes de revenir dans un pays où il savait qu’il pourrait de nouveau sentir cette immense déchirure. Puis, le radicalisme au nom de la religion a pris le dessus sur les rêves, sur les espoirs et sur toutes les bonnes choses de la vie.
Elias Khoury signe ici un roman solide, avec des histoires et des personnages qui rendent compte des fissures idéologiques que peuvent vivre tant d’Arabes aujourd’hui qui ont vécu ailleurs. Avec Sinalcol, l’auteur restitue l’histoire du Liban et des Libanais depuis le début des années 1950. À travers les deux frères quasiment jumeaux, qui se ressemblent physiquement au point de pouvoir jouer l’un le rôle de l’autre, mais qui sont tellement dissemblables par leurs sensibilités politiques et sociales qu’ils ne parviennent même pas à se parler, Élias Khoury explore en profondeur les racines d’une guerre endémique qui n’en finit pas.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Elias Khoury est né à Beyrouth en 1948. Il est actuellement rédacteur en chef de la Revue d’études palestiniennes (édition arabe) à Beyrouth. Critique littéraire, essayiste et chroniqueur, il est surtout l’auteur d’une dizaine de romans, dont La Porte du soleil (Actes Sud, 2002 ; Babel n° 586) qui a obtenu le plus grand prix littéraire palestinien et qui a été traduit dans plusieurs langues, dont l’anglais et l’hébreu.
Actes Sud a également publié Yalo (2004), Le Petit Homme et la Guerre
(Babel n° 639), Un parfum de paradis (Babel n° 834), La Petite Montagne (Babel n° 974), Comme si elle dormait (2007), Le Coffre des secrets (2009) et Sinalcol.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *