La sélection de la semaine

La sélection de la semaine

«Un dernier verre de thé et autres nouvelles» de Mohammed El Bisatie
 

«Une lumière chétive qui ne révèle rien», titre de l’une des nouvelles de ce recueil, définit parfaitement l’art délicat de ce grand auteur égyptien. Tout, êtres et choses, y baigne dans une lueur crépusculaire, toutes les joies et toutes les peines du jour sont comme suspendues en attendant la tombée de la nuit. Mais en prétendant ne rien dévoiler, El-Bisatie est celui qui sonde le mieux les cœurs des petites gens de son pays, hommes et femmes, paysans et citadins, en choisissant chaque mot avec parcimonie, sans jamais hausser le ton, ni nous suggérer ce que nous devons penser. Ses nouvelles sont le plus souvent courtes, ramassées sur l’essentiel, ne dépassant que très rarement les dix pages. On a d’abord l’impression qu’il ne s’y passe rien, mais le lecteur attentif s’aperçoit qu’elles fourmillent d’événements et de notations furtives dont on ne comprend le sens qu’à la chute.

Editions Actes Sud. 220 DH

«Si nous vivions dans un endroit normal» de Juan Pablo Villalobos
 

Le jeune Oreste vit au sommet d’une colline dans une bourgade mexicaine peuplée de vaches, de prêtres et d’ingénus qui croient aux fantômes, aux ovnis et aux miracles. Sa nombreuse fratrie, affublée de prénoms grecs par un père professeur d’éducation civique, se dispute tous les soirs les sempiternelles quesadillas préparées par une mère mélodramatique, acharnée à convaincre sa progéniture que la piteuse famille appartient à la classe moyenne. Alors qu’une fraude électorale sème la zizanie dans le village, la disparition dans un supermarché des «jumeaux pour de faux» Castor et Pollux fournit à Oreste le prétexte rêvé pour entreprendre l’odyssée de sa vie et découvrir le vaste monde qui s’étend au pied de sa butte.

Editions Actes Sud. 220 DH

 

«Sur les ailes du dragon. Voyages entre l’Afrique et la Chine» de Lieve Joris et Philippe Noble
 

Lieve Joris appartient à l’univers littéraire de Bruce Chatwin, V. S. Naipaul, Ryszard Kapuscinski, celui de Nicolas Bouvier et de Blaise Cendrars. Depuis plus de trente années elle quitte régulièrement l’Europe pour tenter de saisir l’extrême complexité du monde. Sur les ailes du dragon raconte ses plus récents voyages, son va-et-vient entre Dubaï, la Chine, l’Afrique du Sud et le Congo afin de rencontrer Africains et Chinois – pour tenter de comprendre leurs échanges, leurs singulières trajectoires de commerce, qui depuis des années se prolongent, se complexifient, s’affinent et s’étendent de Kinshasa et Lagos à Guangzhou et Beijing en passant par Dubaï, construisant le nouvel empire de la mondialisation, cette entité qui surgit de dépendances, de profits, d’audaces et de pouvoirs. Et qui oblitère le passé colonial.

 

Editions Actes Sud. 240 DH
 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *