Le réseau des cafés littéraires livre son bilan : De nombreuses activités dans 18 villes marocaines en 2018

Le réseau des cafés littéraires livre son bilan : De nombreuses activités dans 18 villes marocaines en 2018

Une convention de partenariat a été signée entre le réseau et le ministère de tutelle en vertu de laquelle la structure se verra allouer des subventions annuelles fixes pour le rayonnement de son programme national et la propagation de son expérience culturelle dans plusieurs villes du Royaume.

Le nouveau bureau national du réseau des cafés littéraires au Maroc, récemment élu, prévoit d’organiser de nouvelles activités. «Des initiatives qui témoignent de la dynamique et la vitalité de ce rassemblement socioculturel qui fait preuve, d’une année à l’autre, de particularité dans le paysage culturel marocain», précise le président du réseau, Noureddine Aqchani.

Des initiatives multiples de par le pays

Au-delà de ces perspectives, cette structure a, selon son numéro un, réalisé en 2018 «un trend haussier distingué et positif». Les nombreuses activités culturelles et artistiques du réseau initiées dans les cafés littéraires ayant, selon ses dires, été organisées, lors de cette année, dans 18 villes marocaines. La même année s’est ouverte par la tenue de la 7ème rencontre nationale des cafés littéraires à Sidi Yahia El Gharb en présence de 30 représentants des cafés relevant du réseau pour examiner plusieurs sujets ayant trait à celui-ci. Lors de cet événement, cette structure, créée en 2015, s’est consolidée par un document assurant son avenir.

Une convention avec le ministère de tutelle

La rencontre s’est distinguée par la signature d’une convention de partenariat entre le réseau et le ministère de la culture et de la communication. «En vertu de cette convention, la structure se verra allouer des subventions annuelles fixes pour le rayonnement de son programme national et la propagation de son expérience culturelle dans plusieurs villes du Royaume», explicite M. Aqchani. Le tout en détaillant les initiatives du réseau pendant l’année dernière.

Florilège des activités

Dans le café littéraire relevant du théâtre Mohammed V de Rabat, le réseau a célébré, en mars 2018, la journée mondiale de la femme en mettant à l’honneur la chanteuse du Malhoun, Majda El Yahiaoui, et la chanteuse marocaine, Siham Hachem. Aussi, la 3ème édition du café de poésie a été organisée par le réseau à l’occasion de la journée internationale dédiée à ce genre littéraire. Un événement marqué par la participation des poètes marocains Mohamed Belmou, Najat Cherkaoui, Driss El Meliani, Mustapha Soufi, Fatiha Nouhou et la Palestinienne Nivine Aziz Tina entre autres. Lors du mois sacré, les activités se sont également poursuivies. La 3ème Nuit ramadanesque des cafés littéraires s’est distinguée en 2018 par l’organisation d’événements aux cafés «Enjoy» à Khemisset, «Prestige» à Bouknadel, «Le saphir palace» à Kénitra, au café littéraire à Zagora, «Asmar Mogador» à Essaouira, «Le rivage» à Harhoura, au «Café des jeunes» à Boumia, au café «Chabab» à Belksiri, ainsi qu’aux cafés littéraires de Lissasfa et Safi. Ces espaces ont abrité des rencontres avec l’auteur Hassan Aourid, l’acteur Mohamed Choubi, le musicien Mohamed El Achraki, l’acteur Abdelkebir Rgagna, le réalisateur Mohamed El Younssi, l’actrice Youssra Tarik et l’auteur Abdesslam El Ouazzani.

Les nouvelles ouvertures         

L’année 2018 s’est également distinguée par l’ouverture de nouveaux cafés littéraires à l’instar de celui appelé «Zaynab» à Sidi Kacem, «Le minaret cylindrique» à Moulay Driss Zerhoun, «Le septième art» à Rabat et «Cool view» à Kénitra. Il s’agit aussi du restaurant «Tanit» à Aourir, du café «L’optimiste» à Témara, de celui de la gare de Taourirt, du café «Zahrat El Gharb» à Souk Larbaâ et du café littéraire de l’hôtel «Amal» à Sidi Yahia El Gharb. Ces espaces ont mis à l’honneur  des artistes, poètes, musiciens et romanciers dont Nasser Megri, Mohamed Rzine, Saida Baaddi, Latifa Baqa, Boualam Hamdouni, Mohamed Lemnouar, Mohamed El Jarti, Zhra Ramij, Mohamed Chaieb, Mohamed Nfinif, Driss El Korri, Mohamed Ouakrar, Mohamed Hajjou, Said Saadi, Hassan Rafik, Abdelouahad Rafiki, Noaufal Saidi, Abdelkhalek Fahid, Abdelkerim Tebbal et Abderrahim El Batouli. De plus, le café «Le bouquet» à Fès, le café littéraire de Safi, le Centre Mohammed VI à Chefchaouen, les cafés «Diamo» à Sidi Bernoussi et «Akwass» (Murailles) à Abi Jaâd ainsi que l’espace El Hamdani à Hay Hassani à Casablanca et les cafés «Chez Aniba» à Oued Zem et «La Ola» à Bir Mezoui ont abrité des rencontres ouvertes avec des artistes, écrivains et poètes.

Des expositions et soirées

Outre les rencontres littéraires, le réseau a organisé 3 expositions dont celle collective des artistes-peintres Mohamed Lahmidi, Aziz Tounsi et Naima Acherkouk à Kénitra. La même structure a également initié une exposition au profit de l’artiste Abdennebi El Ouakili à Moulay Driss Zerhoun et une autre intitulée «Rythmes végétaux» pour l’artiste Abdeljebbar Belacheheb à Sidi Kacem. Et pour célébrer la fête de l’indépendance et le 3ème anniversaire du réseau, le Centre culturel de Kénitra a abrité une soirée poétique animée par le poète Mohamed Nfinif, le groupe Jil El Ghiwan Erraqraq, le groupe Ichraq pour la musique arabe, le groupe Day El Gemra, le groupe «Bola Bola», l’artiste Tarik Bourhim et les poètes Mustapha Soufi, Boualaom Hamdouni et Mohamed El Malouani.

Une convention avec les patrons de cafés

Mieux encore, l’année 2018 s’est distinguée  chez le réseau par la signature d’un partenariat avec l’Association nationale des propriétaires de cafés et de restaurants. Une autre convention a été signée avec les gérants du complexe commercial Al Manal à Rabat pour reprendre les activités du café littéraire cessées en 2014 après dix ans d’existence et culturelle et artistique aux niveaux local, régional et national. Aussi, le réseau a organisé la première de la pièce de théâtre «Ramad Yakin» (Cendres de la certitude) interprétée par la troupe Sidi Yahia El Gharb sur fond du recueil portant le même nom du poète Mohamed Belmou. Cette œuvre, mise en scène par le dramaturge Tarik Bourhim et interprétée par de jeunes talents, a été révélée au café El Mamounia en tant que première expérience dans la région. Longue vie aux cafés littéraires !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *