Les vérités de Mouna Ouafik en poèmes

Les vérités de Mouna Ouafik en poèmes

Elle participe au SIEL par un nouveau recueil

La poétesse marocaine, Mouna Ouafik, vient de publier un nouveau recueil de poèmes intitulé «Un tesson tranchant d’une assiette brisée». Déjà le titre reflétant la teneur de cette œuvre, éditée chez la maison d’édition égyptienne Rawafid et signée par sa conceptrice dimanche dans le cadre du 23ème SIEL, donne lieu à plusieurs interprétations. «Les poèmes du recueil reflètent ma personne en tant que tesson tranchant d’une assiette brisée que j’exhibe face à la vie et aux mauvaises personnes. Bien que la tentative soit vaine, je procède ainsi pour insinuer que lorsqu’une personne est blessée, il serait mieux de toucher sérieusement nos profondeurs pour inciter ces individus à faire pareil au lieu de révéler les vérités blessantes», explique Mouna Ouafik à propos de l’intitulé de son œuvre en s’apparentant à une assiette garnie de tout aliment mangeable ou immangeable au point de faire briser ce plat, soit sa personne, en deux afin d’exhiber le tesson tranchant de celui-ci par le biais de ses écrits. 

Cependant, si la poétesse se montre dure dans ce recueil, elle garde l’enfant en elle. Chose qui se manifeste à travers la lecture de son nouveau recueil. «Pour ma part, je joue avec ironie. Je brise tout ce qui menace ma solitude et la pureté de mon âme en éclatant de rire tel un enfant qui brise un jouet et rit spontanément», détaille-t-elle.

Ce jeu s’étale également aux mots dans cette œuvre dont certains poèmes sont moyennement longs au moment où d’autres sont assez courts. Une démarche que Mouna Ouafik justifie par le cumul, ces dernières années, de nombreux textes de longueur différente. «Avant de publier ce recueil, je m’apprêtais à éditer un autre sur lequel je travaillais pendant les trois dernières années. C’est pourquoi j’ai procédé à une sélection figurant dans la nouvelle œuvre», confie-t-elle en indiquant que ce choix n’est pas fortuit en insinuant que sa démarche consiste à empiéter sur l’univers du lecteur d’une manière allégée. Cela se manifeste d’ailleurs à travers la lecture de l’œuvre qui offre des moments hilarants. «Ce recueil est un avant-goût de mes prochains écrits», ajoute la poétesse, également écrivaine, dont la nouvelle œuvre aborde parallèlement des questions existentielles. «Je ne fais qu’attirer l’attention les autres», précise Mouna Ouafik qui, sans prétendre être un guide, parvient, selon ses propos, à avoir des réponses. «Je suis plutôt à la recherche de questions donnant lieu à une réflexion, voire une montée d’adrénaline», révèle l’auteure dont la poésie semble avoir une dimension universelle. «Je n’appartiens ni à une personne ni à une idée, un sexe, ou encore une tribu», poursuit-elle en indiquant travailler sur de nouveaux poèmes avant de se pencher sur un recueil de nouvelles dont la sortie est prévue cette année.

Outre ladite cérémonie de signature, une autre sera organisée le 18 février, dans le cadre du SIEL, par le réseau de lecture au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *