Livre: Yasmina Sbihi illumine les esprits autour de l’Islam

Livre: Yasmina Sbihi illumine les esprits autour de l’Islam

Dans un contexte mondial divisé autour de l’Islam censé être conçu en tant que religion de paix, le nouveau livre de Yasmina Sbihi, présenté mardi à Casablanca, tombe à point nommé. Pour éclairer les lecteurs autour de cette croyance, l’auteure est partie «Sur les pas de Sidi Ahmed Tijani. Voyage dans sa Zaouia aux quatre coins du monde».

Un cheikh connu pour son soufisme. Une pratique demeurée inaccessible pour d’aucuns alors qu’elle fait partie intégrante de l’Islam de par son incitation à la sagesse et à la tolérance. Si de tels principes sont adoptés, l’Islam ne serait pas perçu en tant que religion fondamentaliste ou terroriste. Voilà ce que l’écrivain tente de véhiculer, entre autres, dans son œuvre. «Sur les pas de sidi Ahmed Tijani, voyage dans sa Zaouia aux 4 coins du monde» est le résultat d’un premier périple effectué dans un contexte bien déterminé. La montée des extrémismes et la démolition de tout un patrimoine témoin de notre civilisation, d’une part, l’expression d’une ferveur spirituelle et un engagement citoyen d’autre part», indique une note de présentation.

Son éditeur abonde dans le même sens. «Yasmina Sbihi fait œuvre utile en des temps si troublés où les extrémismes de tous bords menacent l’équilibre de nos sociétés par leur sectarisme et leur intolérance d’un autre âge que l’on croyait révolu. Elle a fait le choix de l’Islam des Lumières en privilégiant l’amour, la recherche du savoir et la paix», précise l’éditeur, Alioune Gueye, dans la présentation de l’ouvrage conçu en tant que beau livre de 450 pages. Le tout contenant une cinquantaine de pages en français et autant en arabe  pour expliquer le cheminement qui a conduit au voyage et 350 pages d’images en couleur haute résolution, commentées en deux langues.

Mais ce n’est pas tout ! «Au-delà d’une quelconque prétention littéraire ou scientifique, ce livre a été écrit aussi pour toucher les cœurs et éveiller les esprits sur l’intérêt et l’urgence de la préservation d’un patrimoine menacé, il s’adresse avant tout aux architectes et artisans du beau», enchaîne la même source.
Par là, Yasmina Sbihi inaugure, selon son éditeur, un genre littéraire qui mêle à la fois le récit, la photo et l’émotion.

Pour rappel, l’auteure est également architecte. Elle exerce dans le secteur privé et œuvre depuis 15 ans pour la préservation du patrimoine soufi. Comme elle est chercheure et conférencière au Maroc et à l’étranger, voire membre de plusieurs fondations à vocation culturelle et spirituelle.
 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *