Parution: «Villa Taylor», une énigme pensée par deux médecins

Parution: «Villa Taylor», une énigme pensée  par deux médecins

Diane décide de retrouver la trace de sa mère qu’elle n’a pas connue.  Une énigme qui sera résolue grâce à l’intervention des derniers habitants de la villa.

Après syndrome de Lazar, La douleur du Fantôme, Alger sans Mozart et Siamoise, Michel Cansesi et Jamil Rahmani dévoilent leur cinquième ouvrage en commun. «Villa Taylor» est le nouveau livre qu’a écrit ce duo de médecins inspiré d’une demeure bâtie à Marrakech. D’ailleurs la couverture de l’ouvrage met bien en valeur ce protagoniste principal de l’histoire qui est «la villa Taylor».

«Le bandeau en couverture est illustré par un tableau peint par Churchill lors de son séjour dans cette demeure. Il y représente une vue de Marrakech avec la Koutoubia en perspective au-dessus des arbres du jardin», ont expliqué les auteurs en marge d’une rencontre tenue, lundi 5 juin, à Casablanca sous l’initiative de la librairie Porte d’Anfa. Dans leur livre, Michel Canesi et Jamil Rahmani narrent l’histoire de Diane, jeune «Executive Woman». A la mort de sa grand-mère, cette dirigeante d’une banque d’affaires parisienne héritera de la villa Taylor de Marrakech. Il s’agit d’un lieu mythique ayant accueilli les plus grandes figures du vingtième siècle. Citons à cet égard Théodore Roosevelt, Winston Churchill et Charlie Chaplin.

«Cette demeure renferme aussi toutes les clés du passé de Diane, scrupuleusement dissimulées par sa famille», expliquent les auteurs. Diane décidera de vendre la villa mais l’ironie du sort fera que cette maison résiste. C’est à ce moment-là que Diane décidera de retrouver la trace de sa mère qu’elle n’a pas connue.  Une énigme qui sera résolue grâce à l’intervention des derniers habitants de la villa.  «Un amour violent et étrange, aussi ténébreux que les sous-bois du parc chargé d’un enivrant parfum de menthe va bientôt emporter Diane, enfin prête à vivre», révèlent conjointement Michel Cansesi et Jamil Rahmani dans leur ouvrage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *