Saint-Augustin et ses confessions

Saint-Augustin et ses confessions

Il faut dire que pour faire défiler en filigrane la vie et la force de propos du grand Saint-Augustin, il faut un mélange subtil de doigté, de rigueur historique et de poésie. Mais Claude Pujade-Renaud arrive à insuffler à son livre toute cette puissance. Elle signe avec cette histoire un opus touchant sur un amour brisé. Dans l’ombre de Saint- Augustin, à la recherche de la lumière de la vie, c’est l’histoire d’une révélation qui est ici contée avec beaucoup de maîtrise.

Si on ne connaît que des pans épars de la vie de l’auteur des Confessions, Saint-Augustin (354-430), Claude Pujade-Renaud nous livre ici une facette cachée de ce destin hors du commun. La figure d’Adeodatus affleure aux confins du temps pour revenir sur le temps de la passion, avant que le jeune Augustin ne devienne Saint, évêque d’Hippone et Père de l’Eglise.

L’auteur de Le sas de l’absence, revient donc à la genèse du bien et du mal pour situer son amour au-delà de ce traité manichéen sensé régir la vie des humains. On apprend que la passion a un prix. Et surtout l’idéal religieux se place souvent au-dessus des rêves humains. Il peut les broyer, les remodeler, révéler leur sombre visage. Saint-Augustin, jeune, c’est édifiant. Il aime, il partage le lit de sa maîtresse. Il lui fait un enfant. Mais l’histoire ne retiendra pas son nom. Elissa renaît, dix-huit siècles plus tard,  sous la plume de Claude Pujade-Renaud et nous renvoie aux balbutiements de l’Eglise, de ses dérapages, du carriérisme des évêques et de la supercherie des hommes.

Rien d’étonnant de la part de Claude Pujade-Renaud, passée maître dans l’art de raconter l’âme féminine. Rien n’échappe à son instinct de spéléologue des géographies humaines. Le corps, le sexe, la passion, le temps qui passe, les divinités  qui cèdent le pas à Dieu l’unique, les pensées barbares d’un monde finissant et d’un autre qui va dévaler comme un rouleau compresseur sur les sentiments et leur confusion.

Claude Pujade-Renaud, Dans l’ombre de la lumière, Actes Sud. 180 DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *