SITLA : Une 21ème édition qui a tenu ses promesses

SITLA : Une 21ème édition qui a tenu ses promesses

Le programme de cet événement a comporté pas moins de 20 ateliers, destinés aux jeunes et enfants et regroupant plusieurs disciplines, dont la bande dessinée, l’écriture, la poésie, l’acrobatie, les contes

La 21ème édition du Salon international de Tanger des livres et des arts (SITLA), dont les travaux se sont déroulés du 3 au 7 mai, a tenu ses promesses en faisant de la jeunesse sa principale priorité. Considéré comme l’événement phare de la saison culturelle France-Maroc 2017, «ce salon est destiné aux jeunes, sans oublier le public adulte. Il se distingue par une offre culturelle et artistique ouverte à tous et au service du dialogue franco-marocain. Cette offre se concrétise par des rencontres, des ateliers pour enfants et des séances de lecture avec une approche simple. Il s’agit aussi d’autres activités tenues autour des thèmes pointus et qui requièrent une réflexion beaucoup plus approfondie du public», a affirmé Jérôme Migayrou, directeur de l’Institut français de Tanger et commissaire de cette édition.

Organisé par l’Institut français au Maroc, site de Tanger, en partenariat avec l’Association Tanger-Tétouan action culturelle (Atrac), ce salon se distingue cette année par la présence de 70 personnalités marocaines et françaises -dont des écrivains, sociologues, philosophes et artistes et  historiens- pour partager leur regard sur la jeunesse et ses défis. Outre les neuf tables rondes tenues en conformité avec le thème principal de cette édition, le programme de cet événement livresque et artistique a comporté pas moins de 20 ateliers, destinés aux jeunes et enfants et regroupant plusieurs disciplines, dont la bande dessinée, l’écriture, la poésie, l’acrobatie, les contes et la calligraphie. «Le salon est ainsi l’aboutissement de plusieurs actions menées en amont auprès des collèges et lycées comme l’étape finale du concours «Plaisir de lire», organisée en partenariat avec les établissements de l’Académie régionale de l’enseignement et de la formation», selon les organisateurs. 

Les passionnés du livre ont pu, comme chaque année, rencontrer les libraires, les éditeurs et les associations culturelles dans les locaux de ce prestigieux Palais Moulay Hafid, où s’est déroulée la majorité des activités programmées dans le cadre de cette édition. «Ce vingt-et-unième Salon se distingue aussi par la présence d’un nombre important d’exposants permettant aux visiteurs étrangers et marocains de découvrir la diversité et la richesse de la production livresque nationale», a souligné Abdelkader Retnani, président de l’Association marocaine des professionnels du livre.

Ce dernier a tenu à rappeler que ce salon est témoin, depuis sa création il y 21 ans, de la conclusion de plusieurs projets de partenariat entre des auteurs et des éditeurs ou encore des illustrateurs. Ce genre de projets permettra au livre de «continuer à vivre», a ajouté M. Retnani.

En plus des rencontres littéraires et livresques, le programme de ce vingt-et-unième Salon a comporté, en plus du vernissage d’une exposition collective, qui se poursuit jusqu’au 2 juillet 2017 autour du thème «Jeunesse éternelle», deux soirées musicales avec la chanteuse Hindi Zahra et le groupe Hoba Hoba Spirit ayant eu pour objectif de célébrer la jeunesse en musique.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *