Troisième Salon national pour la création et le livre: Le livre en fête à Tanger

Troisième Salon national pour la création et le livre: Le livre en fête à Tanger

Promouvoir la lecture et les créations littéraires marocaines. Tel est l’objectif principal du troisième Salon national pour la création et le livre, dont les travaux se poursuivent jusqu’au 23 octobre, à Tanger, sous le thème «Le livre est notre responsabilité à tous».

A l’instar des deux précédentes éditions, les organisateurs ambitionnent à travers cette manifestation de sept jours de créer une ambiance conviviale reflétée par l’entrée en direct par les créateurs et le public. Ce salon se différencie des autres événements livresques par le fait qu’il met particulièrement en avant «les œuvres des créateurs, sans recours aux maisons d’éditions, librairies et imprimeries», a affirmé Fatima Zohra El Mrabit, responsable du comité d’organisation de cette troisième édition.

Cette dernière a fait part que cette troisième édition s’ouvre à d’autres activités ayant trait à l’éducation en milieu scolaire. Et ce en encourageant, selon Mme El Mrabit, des initiatives de lectures programmées en faveur des élèves des établissements scolaires. «Nous avons, à cet effet, programmé dans le cadre de ce troisième salon une rencontre sur le rôle des clubs dans les établissements scolaires et l’enjeu de la lecture», a-t-elle souligné.

Initiés par l’Observateur national pour l’édition et la lecture, les travaux de cette troisième édition se déroulent dans leur majorité aux locaux du Centre culturel Ibn Khaldoun, situé au centre-ville. La cérémonie d’ouverture a été marquée par l’hommage posthume rendu au caricaturiste Mohamed Aliouate, plus connu sous le nom de Hamouda. Le programme de cette cérémonie a comporté aussi la remise du troisième prix de la créativité accordé à des créateurs dans les différents domaines, dont l’écrivain algérien Mohamed Bouthran, le poète casablancais Abderrahim Heri, le poète kénitri du zajal Mohamed Alouch, l’écrivain marrakchi Abderrazak Boutamzar et le poète ouarzazati Driss Rkibi. «L’Observateur a publié les textes des gagnants dans un seul ouvrage intitulé «Empreintes», souligne Mme El Mrabit.

Comme toute manifestation livresque, cette troisième édition est marquée par l’exposition des livres des créateurs venus des quatre coins du Royaume. Elle connaît aussi des séances de signature des livres, dont «Le récital de danse rouge» du romancier Abdelkader Dahmani, «Les rues» de l’écrivain Mohamed Chaïb, «Caresses sur la joue de la lune», de l’écrivain Driss Hanbali.

Créé en janvier 2013 au siège de la délégation de la culture à Tanger, à l’initiative des intellectuels et écrivains marocains, l’Observateur s’assigne parmi ses objectifs de promouvoir la lecture, de soutenir l’édition et la distribution et de participer à la protection des droits d’auteur. Et pour encourager les créations littéraires marocaines, cette association a été à l’origine de la publication de plusieurs ouvrages, dont «L’écho de l’oubli» de Khalil El Ouafi, «Les années de sable» de Hamad El Badaoui ainsi que ««Aflaton arrive en retard» de Saïd Mawzoune.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *