Llosa dédie sa récompense à Gustave Flaubert

Llosa dédie sa récompense à Gustave Flaubert

Le prix Nobel de littérature 2010 Mario Vargas Llosa a confié lundi à Stockholm qu’il devait «beaucoup, beaucoup de choses» à Gustave Flaubert qui a selon lui démontré que «sans talent inné» on pouvait néanmoins devenir un grand écrivain. «Il faut être têtu comme Flaubert l’a été pour être un écrivain si vous n’avez pas un talent naturel, c’était mon cas. C’est grâce à Flaubert que j’ai résisté et suis devenu un écrivain», a déclaré en français Vargas Llosa lors d’une conférence de presse. L’auteur péruvien naturalisé espagnol a d’ailleurs publié un essai, «L’orgie perpétuelle», consacré à Flaubert et à «Madame Bovary». «C’est grâce à Flaubert que je dis que le talent, si vous ne l’avez pas comme un don inné, vous pouvez le construire à travers la discipline, la persévérance, la patience», a-t-il encore expliqué, toujours en utilisant la langue de l’auteur de «L’éducation sentimentale». «Flaubert, lorsqu’il a commencé (à écrire), n’avait pas de talent. Mais il a travaillé (…) et il est parvenu à se construire un talent pour devenir un grand, grand écrivain», a ajouté en anglais Vargas Llosa. Aussi l’auteur de «Salammbô» est-il «très encourageant pour les jeunes écrivains qui veulent tellement être comme Flaubert, Victor Hugo, Charles Dickens, Tolstoï, Faulkner», selon Vargas Llosa. En tout cas, a-t-il conclu, le romancier français «a été absolument essentiel à ma vocation». Auteur de romans comme «La fête au bouc», «La ville et les chiens» ou «Conversation à la cathédrale», Mario Vargas Llosa, 74 ans, doit recevoir vendredi le prix Nobel de littérature que lui a décerné en octobre l’Académie suédoise pour une œuvre qui ausculte «les structures du pouvoir».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *