Loonope : Une musique calée et décalée

Loonope : Une musique calée et décalée

En héros masqués régnant sur scène, refaisant le monde, jonglant avec les mots, les rythmes et les airs, Flip et Flow est un duo de rappeurs qui plane en musique depuis 2004. Il improvise, mélange les formules et les styles, au gré des rencontres, voire… de la forme de la lune ! Entre rap, rock psychédélique et électro, le duo évolue depuis un an avec d’autres musiciens au sein du groupe Loonope. Décalés et inclassables, les titres des Casablancais abordent tous les sujets, sans complexes. De la sensuelle chanson «Hammam des femmes», ou encore « Ari li boussa » (Embrasse-moi), diffusées en ce moment sur les ondes nationales, à l’absurde «Namoussa» qui raconte la noyade d’un moustique dans un verre d’eau, Loonope offre du grave et du lourd, enrobé d’ironie dans «Bomba : je vais exploser». La nostalgie n’est jamais loin, toujours saupoudrée de sarcasme dans «Achtatata», une reprise de la fameuse comptine populaire célébrant la pluie, dans laquelle le groupe y déplore surtout les ravages et inondations qu’elle fait subir à des routes nationales et des canalisations délabrées. Le paranormal peuple aussi l’univers des cinq artistes, qui chantent «Ibanou» ( on vous les montrera, les jnoun), dans cet opus inspiré de l’affaire des jeunes accusés de satanisme en 2003, alors qu’ils étaient innocents. «Mais si vous insistez, on vous fera sortir ces démons, ces jnoun, on les invoquera, on les exorcisera pour vous», balancent dans leur micro les Loonope. Originale, expérimentale et groovy, la musique du groupe sent le pétri, le travail acharné : huit heures par jour durant plusieurs mois en répétition au Boultec, le centre de musiques actuelles du technopark de Casablanca. Chaque membre y ajoute l’ingrédient qui le caractérie. Taha Zohair offre la désinvolture et la profondeur d’une guitare électrifiée qui a du répondant grâce à un savant mélange d’effets (delay, reberb, overdrive…). Mourad Kejji à la basse et Ismaïl Iraki à la batterie garantissent la présence d’une assise rythmique précise et énergique. Flip et Flow s’occupent du devant de la scène, armés de leur fantaisie, leurs masques, leurs vêtements parfois signés par le jeune styliste Amine Bendrouich, leur attitude et leur jeu de scène mûrement travaillés avec leur coach, l’actrice Amal Atrache. Loonope sera sur scène le 30 septembre au festival Lalla Takerkoust, à 30 km de Marrakech et le groupe compte tourner son clip dans les prochains jours. Par ailleurs, Outre Loonope, le duo complémentaire Flip et Flow, alias Khalid, 21 ans, et Mohsine son mentor âgé de 25 ans, a accumulé les projets depuis sa formation en 2004, un moyen pour les deux rappeurs d’apprendre, d’évoluer et de toucher à d’autres univers musicaux, d’autres limites. Flip et Flow viennent de rentrer d’une tournée en Allemagne et leur curiosité les avait aussi conduit à Oslo (Norvège), pour une collaboration avec le producteur électro Bugge. En Espagne, leur collaboration avec le DJ électro Fernando Gullon, dans le cadre du FFF project, a donné naissance à quatre titres et deux clips vidéo, «Lhima» et «Larbi». Au Maroc, le duo avait également participé à la résidence Berlin Art Attack, proposée au public du Tremplin 2009, avec les musiciens de Dissidenten, DJ Mood, Oum et Amine Bendriouich.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *