Majda El Yahyaoui : «Je garde de beaux souvenirs d’enfance de ce mois»

Majda El Yahyaoui : «Je garde de beaux souvenirs d’enfance de ce mois»


ALM : Quel est votre plus beau souvenir de Ramadan ?
Majda El Yahyaoui : Je garde des beaux souvenirs du Ramadan. Je me souviens très bien que lorsque j’étais encore petite, le mois de Ramadan avait coïncidé avec la saison d’été. C’était très difficile de jeûner parce que la chaleur était intense. Même si j’étais âgée à cette époque de 9 ans, je m’acharnais dès le début du mois sacré à imiter les grands et à vouloir jeûner comme eux.
Mes parents m’encourageaient et me soutenaient. Ce qui est drôle dans cet anecdote, c’est qu’il m’arrivait souvent de me cacher dans un coin pour boire de l’eau. Il faut dire qu’il faisait très chaud durant cette période, en plus c’était une journée assez longue.
Je garde aussi de beaux souvenirs de ma période d’études et plus exactement quand j’étais au collège. C’était également la coincidence du mois de ramadan avec la saison estivale. A cette époque, je pouvais me permettre après le «ftour» ou après le dîner de rester tard dehors dans la nuit avec les filles du quartier et mes amies du collège. Nous restions parfois à discuter ensemble jusqu’à la prière de l’aube. Ce sont des souvenirs agréables et inoubliables. Actuellement, et avec toutes ces contraintes professionnelles et de la vie de tous les jours, on ne peut plus accéder à cette insouciance de l’enfance.
 
Que représente pour vous ce mois?
C’est un mois de recueillement et de piété d’où une ambiance de spiritualité qui s’installe tout au long de ce mois sacré. C’est un mois exceptionnel qui se caractérise par son rythme et son ambiance particulière, il diffère des autres mois de l’année. Déjà avant l’avènement de ce mois, les gens se préparent psychiquement pour l’accueillir.
Il y a aussi un changement au niveau des programmes télévisés, une variété de films et de télé-feuilletons nationaux et internationaux, c’est aussi une bonne occasion pour découvrir les derniers films de ce mois.

Est-ce que vous aimez travailler durant le Ramadan. Et comment Majda El Yahyaoui gère son temps durant ce mois?
L’art du malhoune est très demandé durant ce mois dans les rencontres culturelles et les soirées artistiques sont très demandées. Ce peut-être très fatigant de travailler au cours du Ramadan, mais il faut juste  organiser son agenda et ses heures, car il y a assez d’écart entre le dîner et le «shour». Chanter au cours de ce mois sacré a une saveur particulière.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *