Majid Bekkas : «Il y aura plusieurs rencontres entre artistes européens et marocains»

Majid Bekkas : «Il y aura plusieurs rencontres entre artistes européens et marocains»


ALM : Quelle est la particularité de la 15ème édition du Festival jazz au Chellah?
Majid Bekkas : La 15ème édition du Festival jazz au Chellah est organisée cette année sous le signe : «Tradition et modernité». Il y aura plusieurs rencontres entre artistes européens et marocains. La première rencontre inédite sera avec le groupe traditionnel « Aissaoua » et les Talking Horns d’Allemagne. La soirée de clôture sera résolument tout en transe avec Emile Parisien Quartet, révélation, victoire du jazz 2009 et une rencontre entre Pino Minafra dont la musique s’inspire fortement des mélodies africaines et Mahmoud Guinea, l’incontestable figure emblématique de la musique Gnaoua. Je cite également qu’il y aura des rencontres de jeunes musiciens marocains qui, à partir du traditionnel, essayent de trouver leurs chemins.

Quelles sont les nouveautés de cette édition 2011 ?
Plusieurs rencontres consacrées aux musiciens marocains sont prévues lors de cette édition 2011. Sur cinq spectacles, on note quatre dédiés à ces jeunes qui sont dans le domaine de la créativité tel Tarik Hilal, Nabyla Maan, Farid Mayara, Groupe Aissaoua, Al Houda et Faiz Lamouri.

Vous êtes le co-directeur artistique du festival depuis 1996, quel est le bilan de ce festival ?
Le public marocain a découvert des musiciens marocains talentueux grâce à l’esprit de rencontres qui caractérise ce festival. Je cite à titre d’exemple Khalid Kouhen (tabla), Ali Alaoui (derbouka), Ghani Krija (percussions) entre autres. Je peux dire que certains musiciens marocains ont pu réussir à sortir des albums grâce à la rencontre de «Chellah» tels Majid Bekkas avec Joachim Kuhn et Ramon Lopez. Il s’agit de trois albums et une série de concerts dans les quatre coins du Maroc. Un autre album est sorti intitulé «Patta Maroc» de Rachid Zeroual avec les Patta Masters. Je cite aussi l’album réussi «Choour moutabadala» réalisé par les Aissaoua de Rabat et le pianiste belge Charles Loos. Durant les six derniers mois, on a réalisé six albums. Ils sont sortis en France,  en Allemagne, en Hollande et en Belgique, ce qui a incité un journaliste de Mondomix à appeler cet événement : Le printemps Gnaoua.

Quels sont vos projets ?
Toujours entre des concerts et de la composition, je me prépare en ce moment pour un concert au festival Gnaoua d’Essaouira qui sera organisé du 23 au 26 juin.


 Biographie de Majid Bekkas
Créateur de «L’African Gnaoua Blues», Majid Bekkas est professeur virtuose de chant et de guitare. Il est auteur, compositeur, musicien et interprète. M.Bekkas est initié très tôt par le Maâlem Ba Houmane, il s’est fixé un objectif dont il garde le cap tel un grand timonier, depuis 1974, date à laquelle il acheta son premier Guembri. Nominé «Tjango d’Or» en année 2004 pour son album «Mogador», il a reçu l’année dernière le prix Al Farabi pour la musique antique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *