Marrakech biennale: Une 6ème édition sous le signe de la diversité

Marrakech biennale: Une 6ème édition  sous le signe de la diversité

Il s’agit d’un préambule au thème choisi: «Quoi de neuf là ?». Il vise à assurer un cadre intellectuel qui réunirait plusieurs champs artistiques et culturels du point de vue de la situation géographique et historique de la ville de Marrakech.

«La ville ocre est à la fois le vrombissement de l’Afrique et du monde arabe. Cette ville apparaît comme un site fait de murs blancs, pour mieux voir l’art du point de vue du plus grand continent.

Au sein de la biennale, nous allons examiner la fonction officielle de l’art, comme moyen de résistance culturelle, et comment les idées, allant de l’abstraction et du minimalisme au recyclage, à l’art brut et aux technologies de résistance créatives, sont de plus en plus omniprésentes compte tenu des expériences passées et présentes qui se sont déroulées», explique dans ce sens Reem Fadda, commissaire principale de MB6, et curatrice du Musée Guggenheim d’Abu Dhabi.

Le projet curatorial se fonde également sur une histoire de longue date de l’Unité pan afro-arabe et afro-asiatique en envisageant de manière critique les projets sociopolitiques, les partenariats culturels, les provocations intellectuelles et les mouvements artistiques à l’origine de nombreuses influences artistiques communes. À cet égard, les différents sites patrimoniaux de Marrakech, comme le Palais El Badi et le Palais Bahia, accueilleront ces carrefours à travers une multitude de commissions et d’installations in situ, créées par des artistes internationaux et principalement d’Afrique, du monde arabe et de ses diasporas.
Différents  festivals, affiches d’archives, programmes d’études cinématographiques, séminaires mais aussi cours et conférences assureront une structure dynamique en considérant et en renforçant leurs différents points communs et relations. Dans le même temps, des projets partenaires et parallèles sélectionnés seront présentés aux quatre coins de la ville. Dans ce cadre, plus de 300 candidatures ont été déposées, provenant de plus de 50 pays différents et des quatre continents, misant sur la qualité des propositions et leur cohérence avec le projet curatorial. Dans ce sens, le comité a retenu 30 projets parallèles. Parmi lesquels, une prédominance de projets en arts visuels avec 24 propositions dont 9 pour la vidéo, 9 installations et 4 pour la photographie. A cette évidente majorité s’ajoutent 6 projets en arts vivants et 10 projets pour l’espace public. Aux projets parallèles viennent s’ajouter près de 25 projets partenaires réunissant les organismes culturels de la ville, les galeries, plusieurs collectifs de créateurs ainsi que des établissements de formation.
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *