Medersa Ben Saleh à Marrakech

Medersa Ben Saleh à Marrakech

Un projet qui vous tient à cœur, vous ne pouvez que militer en sa faveur ! L’Association internationale pour la sauvegarde de la Medersa Ben Saleh dans la médina de Marrakech demande l’ouverture d’un large débat sur l’avenir de ce patrimoine historique. Telle est la démarche entreprise par ladite association qui avait déjà formulé la proposition de restaurer cet espace depuis neuf ans. Cependant après restauration en 2011 de ces locaux appartenant au ministère des habous, ceux-ci demeurent fermés et sans gardien. Pour sortir cet endroit de son état actuel, l’Association internationale pour la sauvegarde de la Medersa Ben Saleh a fait une nouvelle suggestion. «Nous avons proposé au ministre des habous, Ahmed Taoufik, un accord de partenariat pour nous confier la gestion de la Medersa Ben Saleh pour une durée de dix ans, dans l’objectif de créer un espace culturel du moment que la ville de Marrakech souffre d’un désert culturel. Comme nous voulons aussi en faire un lieu d’exposition pour les artistes et artisans, ainsi qu’un lieu de création et de vie», précise Rémi Mohamed Labyed, président fondateur de l’Association internationale pour la sauvegarde de la Medersa Ben Saleh. «Or, nous n’avons eu aucune réponse», avance-t-il. Contacté par ALM pour apporter des éclaircissements sur le sujet, le chef de cabinet du ministre des habous est resté injoignable.
Et non seulement M. Labyed a présenté ce projet au ministère des habous, mais aussi à des délégués culturels et à la mairie de la ville ocre. Face à cette situation, l’Association internationale pour la sauvegarde de la Medersa Ben Saleh tient toujours à la gestion de la medersa. «Notre souhait est d’arriver à un accord de partenariat avec le ministère des habous.  C’est un accord qui définit les obligations de chaque partie avec des garanties en termes de gestion et de transparence. Ainsi, les deux parties s’engagent à solliciter la Cour des comptes pour établir un rapport annuel sur la gestion du projet», explique le président fondateur qui a exprimé l’intention de son association de continuer à dialoguer avec le ministère des habous et a appelé à l’ouverture d’un large débat public et transparent sur la Medersa Ben Saleh.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *