Médias : Le secteur de la radio s’organise en association

Médias : Le secteur de la radio s’organise en association

Les radios et la télévision indépendantes ont enfin leur association. Après une tentative avortée pour créer cette structure suite à l’attribution des licences en mai 2006, ce n’est qu’un an après que cette idée trouve son aboutissement. «Au départ, nous étions à peine deux radios à adhérer à cette idée, les autres promoteurs audiovisuels ont préféré attendre le démarrage effectif pour avoir plus de visibilité», déclare Younès Boumehdi de Hit Radio et président de l’Association des radios et télévisions indépendantes (ARTI). Son élection à la présidence a été décidée lors d’un vote organisé durant la première réunion de l’association le 31 mai dernier à Casablanca. Toutes les radios,  mis à part celles de Kamal Lahlou, étaient représentées. «Nous avons invité tous les directeurs de radios et le directeur de la télévision Médi 1 Sat Jean Pierre Casalta, mais ce dernier avait d’autres engagements et n’a pas pu être parmi nous», souligne Younés Boumehdi.
La réunion du 31 mai dernier avait pour objectif de se mettre d’accord sur la stratégie à adopter pour résoudre le problème des droits d’auteur. Le bureau marocain des droits d’auteur (BMDA) avait exigé qu’il y ait un seul interlocuteur pour discuter et s’entendre une fois pour toute sur cette même question. «Il était nécessaire de nous rencontrer pour avoir une position commune vis-à-vis du BMDA», ajoute le président de l’ARTI. Il fallait trouver la meilleure astuce pour le paiement des droits d’auteur au BMDA qui est chargé par la suite de les dispatcher aux artistes. «En nous basant sur l’expérience des pays industrialisés , nous avons abandonné l’idée du forfait annuel et nous avons plutôt opté pour la technique du pourcentage», explique Younés Boumehdi. Les directeurs de radios se sont mis d’accord pour prélever 4% du chiffre d’affaires pour le paiement des droits d’auteur.  Ce pourcentage semble être, selon les dires des professionnels du secteur, plus élevé que celui appliqué dans les pays voisins. Le BMDA n’était pas représenté lors de cette réunion, mais un compte rendu des discussions leur a été communiqué. «Nous avons demandé également au BMDA de nous impliquer dans ma distribution des droits d’auteur», ajoute Younés Boumehdi.
D’autres sujets comme ceux de la formation des journalistes, le manque de ressources humaines, l’étude d’audience et la publicité ont également été évoqués.

Composition du bureau de l’association

Président : Younés Boumehdi
Secrétaire général : Rachid Hayeg
Vice-président : Abderrahmane Adaoui
Trésorier : Khalid Belyazid

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *