Meeting de solidarité avec le journaliste Mostapha Hormatallah

Meeting de solidarité avec le journaliste Mostapha Hormatallah

Une centaine de journalistes et de militants des droits de l’Homme ont réclamé jeudi lors d’un meeting à Casablanca la «libération immédiate» du journaliste Mostapha Hormatallah condamné en 2007 pour «divulgation de secrets militaires». Le 18 septembre 2007, M. Hormatallah, journaliste de l’hebdomadaire arabophone Al Watan Al An, a été condamné en appel à sept mois de prison ferme. Il a été incarcéré après le rejet de son pourvoi en cassation en février 2008, pour purger un reliquat de cinq mois de prison. «Nous disons d’une seule voix: libérez Hormatallah», a déclaré dans un discours Younès Moujahid, président du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM). M. Moujahid a rappelé des procès intentés à des journalistes au Maroc, dénonçant «une politique qui vise à étouffer la liberté de la presse», et appelant à «une justice indépendante». Abdelilah Benabdeslam, vice-président de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH), a estimé, de son côté, que le Maroc vivait «une régression des libertés». «Nous devons barrer la route à tout retour en arrière», a-t-il dit. «Moralement, il tient bon, mais il déplore qu’il soit incarcéré avec des détenus de droit commun», à la prison Oukacha de Casablanca, a déclaré à l’AFP Nabil, frère du journaliste détenu. Mustapha Hormatallah était poursuivi, comme le directeur de son journal Abderrahim Ariri – condamné à cinq mois de prison avec sursis – pour «diffusion de documents confidentiels» sur la lutte antiterroriste.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *