«Mehdi Qotbi. Couleur Ecriture, 40 ans de peinture» : Une exposition qui célèbre 40 ans de bonheur

«Mehdi Qotbi. Couleur Ecriture, 40 ans de peinture» : Une exposition qui célèbre  40 ans de bonheur

Le pôle art et culture de la Fondation Attijariwafa bank ne pouvait mieux tomber. En effet, l’espace d’art Actua de Casablanca accueille jusqu’au 1er juin l’exposition baptisée «Mehdi Qotbi. Couleur Ecriture, 40 ans de peinture». Une exposition haute en couleur et en calligraphie «desécrite» qui libère la lettre des contraintes des mots. «Cette exposition célèbre à juste titre les 40 années de peinture de l’artiste et l’idée de la rencontre et de l’échange qui a toujours prévalu dans le travail de Qotbi en tant qu’homme et en tant qu’artiste. Il s’agit d’un parcours chronologique qui s’étale de 1979 à 2013 avec un focus sur les œuvres récentes qui portent le regard de l’artiste sur le tapis de toutes les régions marocaines dans une interprétation avec sa lettre», explique Ghitha Triki Chraïbi, commissaire du Salon. Et de poursuivre:«Aussi, l’exposition veut mettre à la portée du grand public les objets précieux issus de sa collaboration avec les maisons de luxe et les artisans sous forme de bijoux et de timbres, chose que peu de gens connaissent et auxquels ils n’ont pas souvent accès». Autre paire de manches pour Mehdi Qotbi qui résume cette exposition comme «40 ans de bonheur, 40 ans de peinture et 40 ans de rencontres exceptionnelles».
Lors du vernissage, l’artiste souriant et vivant à ses habitudes, papillonnait entre ses invités avec la modestie des grands. Il confie à ALM: «La peinture a été la clé de toutes les portes qui m’ont été ouvertes dans ma vie et qui ont fait que je sois aujourd’hui un homme heureux. Imaginez que je m’amuse avec la couleur, cela me rend heureux et me fait vivre en plus. Quel bonheur!». Un bonheur qui se voit sur lui et qui se traduit dans les couleurs de ses œuvres.  
Pour ce qui est des plus récentes, Mehdi Qotbi souligne qu’avec les tapis il a tenu à rendre hommage à sa mère. «Quand j’étais enfant, je regardais ma mère faire des tapis, c’était ma seule distraction quand je rentrais d’école. C’est donc un hommage à toutes les mamans, à toutes les régions du pays et à toutes les femmes qui font des tapis avec une spontanéité non calculée et qui font la plus belle offrande que l’on peut faire aux gens», explique l’artiste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *