Michelle Medina : «Inutile d’être riche pour rêver est le message de mon film»

Michelle Medina : «Inutile d’être riche pour rêver
est le message de mon film»


ALM : Comment vous est venue l’idée de réaliser ce documentaire ?
Michelle Medina : J’avais commencé à préparer un documentaire sur le rap au Maroc, mais je ne souhaitais pas que mon principal personnage soit un rappeur déjà connu narrant sa carrière. Je recherchais au contraire à suivre le quotidien d’un fan de rap , saisir sa perception du milieu des professionnels marocains, ce que cette musique lui apporte et la manière dont il vit cette passion. J’ai entendu dire que Si Mohamed, un gardien de voitures, est un grand fan de rap marocain et que son fils était un très bon rappeur. Il m’a semblé qu’il serait intéressant de faire découvrir au public l’univers du rap marocain à travers l’aventure de ces deux amateurs passionnés.

Quel message avez-vous cherché à transmettre à travers ce film?
Il existe des normes de réussite dans la société selon lesquelles vous devez être riche ou célèbre pour avoir de la valeur. Quand je visionne «All i wanna do», je vois le quotidien de deux hommes qui vivent pleinement leur passion malgré le peu de biens matériels . Ils sont à la fois intéressants , talentueux , passionnés et intelligents . Le message résultant de cette expérience est : inutile d’être riche pour rêver.

Dans le film, vous agissez sur le destin de vos héros les faisant rencontrer leurs idoles Bigg et Omar Sayed. Quelle a été votre démarche?
Je n’avais ni l’intention d’apparaître dans le film ni d’en assurer la voix off, mais ayant été présentée lors d’une séquence importante en direct pendant le tournage, je suis devenue un autre personnage. Je pense que c’est une bonne idée de rester ouvert à l’évolution, tout en gardant à l’esprit qui nous sommes. Cela m’a aidée finalement à mieux comprendre qui je suis. J’ai changé l’idée initiale de crainte d’avoir à utiliser une narration trop formelle, j’ai assumé à ce moment mon point de vue et ma présence et je pense que cela a bien fonctionné. Dans mon travail passé sur la religion et les femmes, je n’ai pas filmé de la même manière ni utilisé le même rythme, chaque sujet reçoit son propre traitement. Mon but était de capturer la vie urbaine qui est rapide en transmettant les informations en phrases courtes.

Parlez-nous de la carrière de ce film?
Le documentaire a été présenté au Festival du film de Fès et à Ifrane dernièrement et sera présenté lors de la 18e édition du Festival de film africain de New York, à Manhattan et Boston le mois prochain, à Casablanca à la Villa des arts le 28 avril. Il sera également représenté en mai à Rabat au Miniparc par le Goethe-Institut, à Marrakech, et à la Cinémathèque de Tanger en mai. Le World Music Festival international du film a invité Ayoub et Si Mohamed à la cérémonie de Tapis Rouge au Capital Hilton Hôtel à Washington DC en août . Nous recherchons pour cet événement un sponsor pour prendre en charge les billets d’avion A/R. Je souhaite que le film soit diffusé à la télévision afin que les personnes ne pouvant assister au festival puissent également le visionner.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *