Mohamed Dahra a frôlé la paralysie

Mohamed Dahra a frôlé la paralysie

«Ma jambe unique m’a joué un vilain tour. Elle en a marre de me porter et j’ai cru que je resterais cloué pour de bon». C’est ainsi que Mohamed Dahra commente sa mésaventure à l’intérieur de sa salle de bains, toujours avec l’humour qu’on lui connaît depuis ses débuts, il y a des années déjà lorsqu’il formait un duo extraordinaire avec Abdelkhalek Fahid. Il était en train de se laver lorsqu’il fut déséquilibré entendant craquer un cartilage. Transporté à l’hôpital Mohamed V il est accueilli au service de traumatologie orthopédie.
Mohamed Dahra se voyait déjà au bloc opératoire avec toute l’angoisse que peut ressentir un homme qui n’a plus qu’un seul pied valide qu’il risquait de perdre. Finalement et après les examens des médecins, il s’est avéré qu’il n’y a pas eu de fracture grave.
L’artiste populaire ne subira aucune intervention chirurgicale, mais l’état de son genou nécessite un repos absolu au lit pour une durée d’au moins trois semaines, tout en subissant un traitement antalgique et anti-inflammatoire, d’après son médecin traitant le docteur Zahar. Son hospitalisation l’a rendu très heureux compte tenu des nombreuses visites qu’il a eues et les amitiés exprimées par les gens qui le connaissent. «Je remercie Dieu pour cette épreuve qui m’a fait découvrir l’existence de gens qui s’inquiètent de mon sort, et à leur tête le gouverneur de Hay Mohammadi-Aïn Sebaâ qui m’a honoré de sa visite et m’appelle presque chaque jour».
Mohamed Dahra fut derrière l’organisation du 2ème Festival des artistes handicapés, qui a eu lieu le 26 mars dernier à l’occasion de la Journée nationale de la personne handicapée, et dont il est le directeur et le fondateur. L’humoriste attend avec impatience la fin de sa période de convalescence pour reprendre ses activités artistiques qu’il a entièrement consacrées aux handicapés.
Dans quelques jours, Dahra coordonnera, en partenariat avec la wilaya du Grand Casablanca, l’organisation du deuxième Festival de l’art de la «Halqua» qui aura lieu sur la Place Mohammed V, et précisément le 16 mai, pour essayer d’effacer un peu les sinistres souvenirs des actes terroristes perpétrés en 2003. Mohamed Dahra vient également de mettre sur pied une émission bimensuelle pour la télévision marocaine et qui a été adoptée par le secrétariat d’Etat chargé de la fFamille de la Solidarité et de l’Action sociale. Il est également en pleine préparation d’une série télévisée de «situations comiques» composée de trente épisodes et qui est certainement prévue pour le mois de Ramadan. D’ailleurs c’est pendant le mois sacré que le téléspectateur marocain retrouve Dahra, depuis maintenant près de cinq ans et dans différentes émissions en comédie. Car pour Mohamed Dahra, la comédie a un grand avantage sur la tragédie. Celui de peindre les caractères, car la tragédie ne peint que les passions.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *