Mohamed Dekkak : «Le budget de notre festival est participatif et volontariste»

Mohamed Dekkak : «Le budget de notre festival  est participatif et volontariste»

Entretien avec Mohamed Dekkak, président d’honneur du Festival international Ibn Battouta

Le 2ème Festival international Ibn Battouta se tient du 9 au 12 novembre à Tanger. Le président d’honneur de cette manifestation nous parle des nouveautés de cette édition.      

ALM : Quelles sont les nouveautés de cette 2ème édition?

Mohamed Dekkak : La seconde édition du Festival international Ibn Battouta se déroule sous le signe du bénévolat et de l’engagement des artistes et des conférenciers. Ils sont tous solidaires pour soutenir cette initiative afin de promouvoir les valeurs universelles de paix et de tolérance. Le tout en valorisant le patrimoine immatériel marocain. En plus des conférences, débats et concerts musicaux, l’édition de cette année connaîtra une programmation variée de pièces de théâtre. Ce programme comprend également la projection de films et un grand carnaval regroupant plusieurs acteurs de la société civile et des artistes du Maroc et des pays d’Afrique (Niger, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Egypte, Sénégal, République démocratique du Congo, etc.). Nous tenons à profiter de l’occasion pour saluer la large implication des associations locales et nationales à l’instar du Musée Mohammed VI pour la civilisation de l’eau, du Conseil national des droits de l’Homme, de la Maison d’édition les infréquentables et de l’University of New England, ainsi que d’organismes internationaux  tels que le Conseil des relations entre le monde arabe et l’Amérique latine et les Caraïbes «Carlac», la New Arab Foundation, la Ligue des auteurs d’Arabie Saoudite, ainsi que plusieurs ambassades et ministères de la culture des pays invités au festival. Ce sont plus de 40 nationalités qui seront représentées dans la joie et la bonne humeur pour célébrer la paix et la coexistence et marquer l’attachement du Maroc aux valeurs universelles et à la rencontre entre les peuples en faisant d’Ibn Battouta et de son message un symbole pour tous les amoureux de la paix.

Quel serait l’apport de ce festival au rayonnement de la ville de Tanger ?

Tanger a toujours été la ville qui symbolise le plus les rencontres entre les peuples de par son passé mais surtout par son emplacement stratégique. Elle est cette ville-pont entre le Nord et le Sud et entre l’Est et l’Ouest. Le Festival international Ibn Battouta a été créé pour accompagner le développement de la ville et plus spécialement le projet «Tanger métropole» et la doter d’un festival à son image. D’ailleurs, nous avons choisi la période de novembre pour que le festival puisse dynamiser l’activité touristique sur une période creuse mais aussi pour offrir une programmation culturelle de qualité aux visiteurs de plus en plus nombreux. Car, comme vous le savez, la ville de Tanger a connu un grand essor de par l’attention particulière de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Parlez-nous du budget du festival?

Le budget de notre festival est participatif et volontariste. Il est axé sur plusieurs volets. Une partie sponsoring, une partie de fonds propres de l’association ainsi que des dons de mécènes et membres de l’association. Une large partie est constituée de participation en nature de la part des partenaires, sans compter les nombreuses promesses des acteurs économiques et administratifs.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *