Mohamed Larbi Zaidane, un féru d’arts plastiques

Mohamed Larbi Zaidane, un féru d’arts plastiques

Le jeune artiste Mohamed Larbi Zaidane a été prédestiné dès son enfance à une carrière artistique. Il expose actuellement ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun à Tanger, où il a participé en 1995 à une exposition collective de peintures des collégiens de la ville. Mohamed Larbi Zaidane essaie de montrer, à travers son actuelle exposition, qui se poursuit jusqu’au 17 novembre, son style qui le distingue des autres artistes et continue de se développer au fil du temps. «J’ai été choisi parmi d’autres meilleurs élèves en dessin pour exposer mes peintures à l’ancienne Bibliothèque générale devenue avec le temps l’actuelle galerie Ibn Khaldoun de Tanger. Je n’ai jamais arrêté de peindre», se souvient-il.  Encouragé en particulier par sa famille et son entourage, le jeune artiste Mohamed Larbi Zaidane se dit se consacrer tôt à sa passion. Il organise en 2004 sa première exposition individuelle avec le soutien de l’association Artist Tanger. Ses œuvres reflètent son grand amour pour sa ville natale, la perle du Nord. On y voit des sites historiques et artistiques de Tanger inspirés par le passé de célèbres artistes et écrivains. Il a su y présenter les belles vues panoramiques de certains endroits de la ville. Cet artiste tangérois a voulu faire connaître à travers ses toiles l’ambiance particulière des deux célèbres lieux historiques, à savoir le grand et le petit Socco. Ce qui a amené des critiques d’art contemporain à le décrire comme un artiste très attaché à la mémoire locale ainsi qu’au patrimoine socioculturel de la région Nord, montagneuse ou citadine tangéroise.  L’artiste Mohamed Larbi Zaidane se dit aussi très attiré par les produits de l’artisanat marocain en général. Il a su décrire par ses peintures la vendeuse rurale avec son «mendil» aux rayures de couleurs rouge, verte et blanche et son chapeau de paille, mais aussi l’homme avec sa djellaba traditionnelle de la région montagneuse du Nord. Ses peintures présentent également la femme marocaine habillée en costumes traditionnels dont le haïk et le caftan. L’artiste tangérois y fait découvrir d’autres produits d’artisanat marocains tels que le tapis, le fer forgé et le zellige.  Artiste autodidacte, Mohamed Larbi Zaidane a voulu développer sa passion par des stages dont ceux de peinture et de céramique, qui ont duré quatre ans à la délégation de la culture à Tanger. Il a présenté ses œuvres dans plusieurs villes du Maroc, d’Espagne et de France.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *