Mohamed Mamad: Nous allons procéder à un profond «toilettage» de la grille pour la rendre encore plus attractive

Mohamed Mamad: Nous allons procéder à un profond «toilettage»  de la grille pour la rendre encore plus attractive

Entretien avec Mohamed Mamad, directeur de la chaîne Tamazight

La chaîne Tamazight s’apprête à lancer, sous l’impulsion du directeur général de la Société nationale de la radiodiffusion et de la télévision (SNRT), Fayçal Laaraïchi, un plan de développement de sa programmation. Le directeur de cette chaîne, Mohamed Mamad, en dévoile les dessous.    

ALM : La chaîne existe depuis plusieurs années. Pourquoi ce plan de développement a-t-il pris autant de temps ?

Mohamed Mamad : La chaîne s’est considérablement développée depuis sa création en mars 2010 aussi bien sur le plan éditorial qu’au niveau de son management au quotidien. Il ne faut surtout pas oublier qu’il s’agit là d’un concept de chaîne de télévision un peu «particulier, voire atypique» créé presque ex nihilo et dans un contexte vraiment très particulier. Un projet mis en œuvre, par exemple, en l’absence de ce que l’on a coutume d’appeler le marché des programmes comme on en trouve un peu partout dans le monde quand il s’agit de créer une chaîne de télévision. Si l’on ajoute à cette contrainte d’ordre structurel celle tout aussi rédhibitoire qu’est la gestion à l’antenne des trois principales composantes de la langue amazighe, le sous-titrage en tifinagh et en langue arabe sans oublier les autres langues que le cahier des charges ne nous interdit pas de diffuser… vous vous rendrez compte aisément de la complexité de la tâche qui fut et demeure celle des équipes en charge de ce projet singulier. Mais toutes ces difficultés ont été heureusement surmontées grâce au soutien indéfectible de notre hiérarchie. Nous avons même réussi à doubler le nombre d’heures de diffusion qui sont passées de 6h à 14h par jour, voire plus pendant le mois de Ramadan. Nous avons également procédé depuis 2010 à une refonte totale de la grille des programmes et l’amélioration très significative de la qualité de nos émissions. Des réalisations rendues possibles grâce au soutien total dont cette entité a toujours bénéficié de la part du top management de la SNRT. En témoigne, entre autres, le choix des infrastructures techniques et technologiques dernière génération dont la chaîne a été dotée au moment de son lancement. Passé cette période de maturation et compte tenu des mutations technologiques que le secteur est en train de vivre, la chaîne a tout naturellement besoin d’être «boostée» à tous les niveaux : sur le plan éditorial, infrastructurel, ressources humaines, promotionnel, marketing…. Autre projet important qui sera lancé cette année : celui de la diffusion multipiste. Un projet qui va permettre à chaque téléspectateur de suivre la totalité des programmes de la chaîne dans la composante linguistique amazighe qu’il maîtrise le mieux. Un outil, parmi d’autres, qui contribuera sans doute à gérer de façon optimale la diversité linguistique et culturelle sur notre antenne. Notre manière également d’être en phase avec les dispositions de la nouvelle Constitution relatives à la langue et la culture amazighes.

Pourriez-vous nous dévoiler la nouvelle programmation de la chaîne (horaires, temps de diffusion…) ?

Nous y travaillons. Nous allons tout d’abord procéder, comme je l’ai dit précédemment, à un profond «toilettage» de la grille pour la rendre la plus attractive possible pour nos téléspectateurs. Il s’agit également de répondre à leurs différentes attentes en mettant l’accent notamment sur l’amélioration systématique de la qualité des «processus de production» aussi bien en interne que pour l’ensemble des émissions externalisées. Nous nous sommes toujours fixé comme principal objectif la satisfaction des attentes de nos téléspectateurs tout en veillant évidemment au strict respect de la notion du service public qui reste, in fine, la raison d’être de n’importe quelle chaîne de télévision publique. Une «équation» qui ne souffre à nos yeux d’aucune espèce de contradiction ! bien au contraire ! Le service public est tout à fait compatible avec la notion d’une offre télévisuelle intelligente  et de bonne facture capable d’offrir d’excellents «produits»  en matière de divertissement, de  culture, de  savoir,  sport…..

Quels sont les moyens déjà déployés dans le cadre de ce plan de développement de la chaîne ?

Le président-directeur général a décidé de revoir cette année à la hausse et de façon  substantielle le budget alloué à la production (toutes catégories confondues) et ce, pour  permettre à la fois d’alimenter l’antenne en programme à trois pistes (Tachelhit, Tarifit et Tamazight) mais  également combler certaines lacunes de la grille en matière de programmes spécifiques «à forte valeur ajoutée» : émissions destinées aux enfants, à la condition de la  femme, aux MRE,  aux thématiques liées à la régionalisation, ou encore à la présence du Maroc  en Afrique,… D’ailleurs l’enveloppe réservée aux productions externalisées de Ramadan 2018 a été augmentée de façon substantielle et validée par M. Laarichi. Un effort considérable sera également entrepris pour la rénovation des infrastructures techniques de la chaîne avec la prise en compte des mutations induites par le développement technologique et qui ont pour nom : la convergence des supports et des contenus. Un vaste chantier a déjà été lancé pour la rénovation et la modernisation du site de la chaîne sur le portail de la SNRT. Objectif : être plus offensif sur Internet pour toujours être au plus près des desiderata de nos différents publics.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *