Mohamed Reggab, un prix, un nom…

Mais avant tout, qui est Mohamed Reggab ? C’est sans contexte un réalisateur qui a marqué son époque. Lorsqu’il meurt à 48 ans, le 16 octobre 1990, il laisse derrière lui un film unique et superbe, « Le coiffeur des quartiers pauvres ». Mis en scène, réalisé et même monté (image et son) par Mohamed Reggab, le film sort en 1982. D’une durée de 105 minutes, le film raconte la vie d’un coiffeur qui accepte son destin et qui vit et exerce son métier dans un quartier populaire de Casablanca. Son ami intime ne cesse de lui enseigner que la lutte et la résistance sont les seules qualités d’un homme digne. Le film remporte une mention spéciale au 1er Festival National du Film, Rabat, en 1982. Ce film est resté dans nos mémoires, tout comme son auteur, qui a passé la fin de sa vie à aider les jeunes à s’accomplir. Il était donc tout naturel que ce concours porte son nom, comme un dernier hommage à un grand maître. Et c’est Fatéma Boutarkha, veuve de l’illustre cinéaste qui reprend le flambeau en hommage à son défunt mari, avec Ali N’Productions. Jeune société de productions de films, créée par Nabil Ayouch en 1999, Ali N’Productions organise le « Prix Mohamed Reggab », chaque année dans l’ensemble du Royaume. L’objectif de départ repose sur la présence au Maroc de personnes ayant des choses à exprimer, par le biais de l’image sans qu’ils en aient les moyens ou la capacité, ou par manque de soutien financier, ou car ils sont encore inconnus ou non formés. Ce potentiel existant, il est vital pour l’avenir du cinéma au Maroc de le soutenir. Aujourd’hui, « le prix Mohammed Reggab » en est à sa 3ème édition. Les membres du jury, dont Fatéma Reggab, après délibérations ont retenu pour le thème Rouge, Khnata El Hilali et pour le thème vert Mourad El Khaoudy. Les 2 vainqueurs ont été soutenus pour la réalisation de leurs projets par les gagnants de l’édition précédente Ali Tahiri pour le thème de l’eau et Ahmed Tahiri Idrissi pour celui du feu. Des mentions spéciales ont également été accordées à Nassib Messnaoui et Touhami Fennan. Comme chaque année pour l’édition 2001-2002 les lauréats seront accompagnés par Ali N’Productions durant tout le travail préliminaire à la production , avec mise à disposition des moyens nécessaires à la réalisation du court-métrage avec comme partenaires le CCM (Centre Cinématographique Marocain), 2M et la société Cinétéléma. L’avant première publique habituelle du produit final se tiendra le 16 octobre 2002, en mémoire à Mohamed Reggab. Le prix s’adresse à des jeunes âgés de 18 à 35 ans, passionnées par le cinéma. Les candidats pour cette année, sont invités à présenter un scénario, toujours sous forme de continuité dialoguée, sur les thèmes de l’amour et de la haine. Ils doivent envoyer leurs scénarios de 5 pages (5 minutes), dactylographiés, en arabe ou en français à l’adresse: Prix Mohamed Reggab, Ali N’Productions B.P. 6189, Casa Bourgogne. La date limite de dépôt est le 30 janvier 2002. Tous les papiers envoyés répondant aux critères, seront lus par un comité qui effectuera une 1ère séléction de 10 scénarii. Dans les deux mois qui suivront l’annonce des résultats, la boîte s’engage à mettre en chantier la production des 2 courts-métrages retenus. Les deux films seront ensuite présentés en avant-première publique en présence des réalisateurs le 16 octobre 2002. Bonne chance à tous !

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *