Mohammédia s’ouvre au théâtre

Mohammédia s’ouvre au théâtre

L’université Hassan II de Mohammédia ouvre ses portes à l’improvisation théâtrale. Pour développer ce genre d’art encore au stade de balbutiement au Maroc, un groupe de jeunes étudiants de la faculté des lettres et des sciences humaines de Mohammédia viennent de lancer la première édition du Trophée d’improvisation théâtrale. Cet événement aura lieu du 12 au 15 mars au sein de l’université. Durant les trois premiers jours, des ateliers de formation seront dispensés au profit de tous les étudiants de la faculté de Mohammédia. Les formateurs sont composés de l’équipe de l’université Cergy de Pontoise en France, Nabil Ibn Charif, joueur de la Ligue marocaine de l’improvisation théâtrale ainsi que Youssef Mortaji, coach de l’équipe de l’université Hassan II de Mohammédia. A l’issue de ces formations, des équipes seront constituées. Objectif: participer à des matchs d’improvisation théâtrale qui auront lieu le jeudi 15 mars. Lors de la finale de cette compétition prévue le même jour, les membres du jury vont décerner le trophée à la meilleure équipe. Celle qui fera preuve de plus d’ingéniosité. Parmi les membres du jury, on retrouve Messnaoui Nassib, Farid Reguragui et Rachid Fekkak.
«C’est la première fois que les étudiants de la faculté de Mohammedia ont l’occasion de participer à ce genre de trophée», témoigne Youssef Mortaji. Mais les premiers matchs d’improvisation théâtrale au Maroc remontent à 1999. D’après le président-fondateur de la Ligue marocaine de l’improvisation théâtrale, Hicham Ibrahimi, «le trophée universitaire de Rabat» était la première manifestation du genre. Le Maroc n’a pour l’instant gagné aucun prix à l’étranger. Les seules récompenses proviennent de rencontres qui ont été organisées dans quelques villes du Maroc. «La ligue marocaine de l’improvisation théâtrale composée de 7 personnes a participé au championnat du monde du théâtre -sport  en juin dernier en Allemagne», déclare Hicham Ibrahimi. Mais cela reste des initiatives timides. Quelques cours d’improvisation théâtrale sont donnés à l’Institut supérieur d’art dramatique de Rabat. Cette même institution est à l’origine  de la création de la Ligue marocaine de l’improvisation théâtrale. Hiham Ibrahimi et Farid Reguragui, tous deux lauréats de cette école, avaient eu l’occasion de rencontrer un professeur canadien qui était venu animer un atelier de formation. Impressionnés par cet art nouveau, ils ont pensé créer leur propre équipe. Dans un entretien à ALM, Farid Reguragui avait raconté l’origine de cette aventure. «Durant mes études à l’Institut supérieur d’art dramatique (ISADAC) à Rabat, une délégation d’artistes canadiens était venue effectuer un stage aux étudiants. J’ai trouvé cette idée assez intéressante et pas du tout répandue au Maroc. C’est ainsi que je me suis lancé dans cette aventure avec mon collègue Hicham Ibrahimi». Une fois leurs diplômes en poche, ils commencèrent à organiser des stages de formation dans plusieurs villes du Maroc  et notamment à Tiznit, Agadir et Mohammédia.
Les étudiants de la faculté de Mohammédia   prennent aujourd’hui la relève et lancent à leur tour ce trophée d’improvisation théâtrale.

A l’origine des matchs d’improvisation théâtrale

L’improvisation théâtrale est un style d’origine canadienne inspiré du hockey sur glace. En 1997, le metteur en scène Robert Glavel avait remarqué que les gens préféraient assister à des matchs de hockey plutôt que d’aller au théâtre.
C’est ainsi qu’il a tout de suite pensé à un concept dont l’originalité est incontestable. Sur scène, le règlement ressemble à celui d’un match de hockey. Il y a un arbitre et deux équipes constituées de trois garçons et trois filles.
L’arbitre annonce un thème et les équipes ont 20 secondes de réflexion avant de se lancer dans la mise en scène et dans l’improvisation. Seul l’arbitre connaît la règle du jeu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *