Moins de mots ,plus d’images

Avant tout, quelques détails sur le parcours de Réda Benjelloun qui est loin d’être un néophyte en matière de journalisme. En effet, Réda, on le connaît déjà bien, pour l’avoir vu depuis 1995 sur les écrans de la 2ème chaîne. De formation juriste, il avait travaillé dans la presse écrite en effectuant des piges à «Jeune Afrique», mais il avait également collaboré avec le journal «Libération» au Maroc. Et puis, séduit par le petit écran le voilà qui se lance dans la grande aventure de l’audiovisuel. Après avoir présenté le JT pendant environ 6 mois, on a pu l’apprécier dans le magazine écologique «Dounya», 1er du genre. Puis après avoir présenté la revue de presse quotidienne pendant 2 ans et demi, aujourd’hui, Réda revient pour notre plus grand bonheur avec un magazine, intitulé «Grand Angle», dont l’empreinte est peu de mots et beaucoup d’images. Concept : «Grand Angle» est un magazine d’information mensuel d’une durée de 60 minutes, qui est diffusé en prime-time, tous les 4èmes mercredi du mois. Il a pour ambition de répondre aux attentes des téléspectateurs friands d’informations nationales traitées d’une manière plus exhaustive.
«Grand Angle» dépasse ainsi un format «news» qui nous laisse souvent sur notre faim pour le traiter sous le format «Reportage» de 6 à 26 minutes. Dans un 1er temps, toute l’équipe du magazine s’active autour d’un sujet d’actualité. Pour cette 1ère édition, il s’agira de décortiquer un fléau qui nous interpelle tous : le cancer. On apprend que nous avons 40000 cas de cancer au Maroc et que 8000 seulement sont traités. Pourquoi, comment… L’équipe de «Grand Angle», constitué de talentueux journalistes (Hicham Dechraoui, Youssef Zouitni…) nous donne la réponse au travers d’un reportage poignant dans le choix des images, de la musique… La 2ème partie de l’émission est une enquête sur un événement qui a marqué l’opinion publique. Revenir sur la catastrophe de l’Ourika ou alors sur un fait divers marquant comme l’histoire traumatisante du petit Larbi pourront être des sujets d’enquête. Enfin pour ce qui est du 3ème volet, Réda en parle comme d’une «bouffée d’Oxygène, qui permettra aux téléspectateurs de s’évader…». Pour le coup, «Grand Angle» nous offre 24 heures avec l’humoriste marocain Gad El Maleh juste avant son passage au Rialto à Casablanca il y a un mois. Et c’est sûr que passer une journée avec notre chouchou national, ça détend…
Pour Réda, faire de la proximité pour «Grand Angle» c’est essentiel et pour cela rien ne vaut des témoignages en image. «C’est pour cela qu’il n’y a pas d’intervenants sur le plateau.», explique Réda. En tout cas, nous on achète et si on avait un voeu à émettre, ça serait qu’un magazine de cet acabit puisse être au minimum bi-mensuel, voire même hebdomadaire…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *