Moubarak Rabii remporte le prix Mohamed Zafzaf

La cérémonie de remise du prix Mohamed Zafzaf 2008 a eu lieu, lundi 11 août, au Centre Hassan II des rencontres internationales d’Asilah. Présidée par l’ancien ministre tunisien de l’Enseignement supérieur et président du jury, Abdessalem Msedi, cette cérémonie s’est déroulée en présence du secrétaire général de la Fondation du Forum d’Asilah, Mohamed Benaïssa, des autres membres du jury ainsi que des écrivans, des poètes et des critiques littéraires marocains et arabes.
Ce prix qui est à sa troisième édition «n’est pas destiné, comme c’est le cas généralement pour les autres prix, à encourager les jeunes talents mais à rendre hommage à des écrivains arabes ayant enrichi le domaine du roman par leurs écrits et critique sociale», a expliqué M. Msedi. Après le Soudanais Taïb Saleh et le Libyen Ibrahim Al Kouny, c’était au tour de l’écrivain marocain Moubarak Rabii de recevoir le prix de cette  3ème édition de ce prix.
Connu par son grand talent dans la description du paysannat marocain, celui- ci a excellé par sa critique de la réalité sociale au Maroc. Ce nouveau lauréat du prix Mohamed Zafzaf a remporté plusieurs distinctions au Maroc et dans d’autres pays arabes, dont celle du Sultan Qabous au Sultanat d’Oman. «Cette nouvelle distinction me réjouit et me tient beaucoup à cœur puisqu elle m’est accordée de la Fondation du Forum d’Asilah connue par ses actions qu’elle mène depuis une trentaine d’années notamment dans le domaine culturel et pour le développement du domaine de la créativité. Et je me sens très honoré d’obtenir ce prix, qui porte à la fois le nom du défunt écrivain et ami Mohamed Zafzaf et rend un grand hommage en sa mémoire», a souligné l’écrivain Moubarak Rabii. Né en 1940 aux environs de Casablanca, Moubarak Rabii a écrit un nombre important de romans, essais et nouvelles. Son œuvre se distingue par plusieurs romans dont « Chronique montagnarde» (Ayam Jabalya), «De l’Occident à l’Orient «(Mina Chark Ila Gharb) et sa célèbre trilogie «Derb Sultan). «Le prix Mohamed Zafzaf 2008 récompense l’ensemble de l’œuvre du romancier et écrivain, Moubarak Rabii. Il a su faire, à travers ses écrits, une description profonde de la vie aussi bien en milieu rural qu’en milieu social», a affirmé un membre du jury et critique littéraire égyptien, Salah Fadl.
En plus du prix Mohamed Zafzaf et pour encourager la créativité littéraire, la programmation du festival comporte le prix Buland Al Haïdari de la jeune poésie arabe et le prix Tchicaya U Tam’si de la poésie africaine. Ces trois distinctions portent les noms des écrivains et poètes ayant participé de leur vivant dans des précédentes éditions du moussem d’Asilah. Le prix Tchicaya U Tam’si qui est à 8ème édition a été attribué, vendredi dernier, au poète et dramaturge nigérien, Niyi Osundare. Cette cérémonie de remise du prix Mohamed Zafzaf 2008 a été suivie par un hommage posthume rendu au poète palestinien Mahmoud Darwich. M. Benaïssa a déclaré, lors de cette cérémonie, que le nom du poète de l’Intifada sera porté par un des jardins d’Asilah. Il a déclaré que le défunt était parmi les personnalités invitées à participer à ce 30ème festival culturel d’Asilah. «Mahmoud Darwich était le premier écrivain à ouvrir les travaux du premier colloque programmé au cours du 1er Moussem culturel d’Asilah», a tenu à rappeler M. Benaïssa. Notons que la ville d’Asilah compte déjà deux jardins publics portant les noms de l’écrivain marocain Mohamed Aziz Lahbabi et celui de l’écrivain congolais Tchicaya U Tam’si.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *