Moulay Driss : Un lieu de culte et de culture

Moulay Driss Zerhoun est un endroit qui est synonyme de piété et de pèlerinage. Situé à la sortie de Meknès, sur la route de Volubilis, le Mausolée de Moulay Driss s’est érigé en un véritable moussem. Cette année, les festivités ont débuté le jeudi 2 septembre. Les adeptes de ce moussem pourront y assister, chaque jeudi, jusqu’au début du mois d’octobre. Les visiteurs y affluent par centaines pour rendre visite à deux sanctuaires, Sidi Ali Ben Hamdouch et Sidi Ahmed Dghoughi, avant d’honorer celui de Lalla Aïcha.
Zerhoun est un massif magique sacré. Jadis, il était appelé Jbel ennour, car c’était un paradis avec ses vergers, ses arbres fruitiers, ses cascades. A travers ce lieu, une légende est restée vivace. Elle a ses origines dans la vie et la mort d’un homme qui n’est autre que Sidi Ali Ben Hamdouch. Cet homme profondément croyant, congénère du roi Moulay Ismaïl, serait venu du lointain Moyen-Orient pour s’installer sur le mont Zerhoun. Ici, il s’adonnera à l’adoration de Dieu et à la prière. Plus tard, ce même Saint patron donnera naissance à la tariqa hamdouchia, dont on trouve des adeptes jusqu’en Tunisie et en Egypte. Sidi Ali Ben Hamdouch avait un serviteur, l’un de ses meilleurs disciples, qui n’est autre que Sidi Hmed Dghoughi. Son sanctuaire se dresse quelques mètres plus loin de la tombe de son maître. En outre, le disciple est autant vénéré que son maître, le patron des lieux, Sidi Ali Ben Hamdouch. En effet, le pèlerinage serait incomplet et le rituel inachevé sans la visite de Sidi Hmed Dghoughi. Le mausolée a été érigé entre deux petites maisons. Ceci a donné naissance à un minuscule village dans la cour du sanctuaire. Jusqu’à nos jours, les adeptes de Moulay Driss Zerhoun partent à chaque Moussem effectuer leur pèlerinage. Un rituel sacré.
A présent, la région de Zerhhoun connaît une nouvelle dynamique grâce au lancement de plusieurs projets socio-économiques. En effet, S.M le Roi Mohammed VI, qui a visité, lundi dernier le mausolée de Moulay Driss Al Akbar, en a profité pour lancer plusieurs projets à caractère socio-culturel et économique. Le Souverain a inauguré la Maison de la culture et a donné le coup d’envoi des travaux de construction d’un village de l’artisanat à Meknès.
En outre, après avoir écouté les explications sur ces projets d’une valeur globale de 21 millions de Dh, SM le Roi a dévoilé la plaque commémorative marquant l’inauguration de la Grande Place de Zerhoun. Lancés en mai 2003 avec une enveloppe de 5 millions de DH financés par le budget général de l’Etat, les travaux de réaménagement de la Grande Place de Zerhoun ont porté notamment sur la restauration des portes historiques donnant sur la place et le renforcement de l’éclairage public.
Ce projet, supervisé par le ministère de la Culture, consiste en la création d’une grande esplanade piétonne propice aux manifestations culturelles et religieuses à la place du parking existant. Ce projet prévoit également la restauration de l’ancienne porte d’accès du mausolée Moulay Driss et de la fontaine. Par la suite, le Souverain a lancé les travaux de mise à niveau de la ville de Moulay Driss Zerhoun.
Des travaux qui ont nécessité une enveloppe budgétaire de 10 millions de dirhams financés par le ministère de l’Intérieur. Ce projet porte sur l’aménagement de la source thermale, Hamma, du jardin, 3 mars, de deux parkings, d’espaces verts ainsi que l’élargissement du boulevard El Mernissi.
Les travaux de ces projets, bénéfiques aux touristes nationaux et étrangers, seront lancés à partir du moi d’octobre et devraient être réalisés dans un délai de 12 mois.
Le lancement de tous ces projets à caractère socio-économiques et aussi culturels visent à réhabiliter la ville de Moulay Driss Zerhoun. Un lieu qui n’était évoqué qu’a l’occasion du moussem et des pèlerinages.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *