Mourad Zaoui, un acteur caméléon

Mourad Zaoui, un acteur caméléon

L’acteur Mourad Zaoui était le lundi 5 juillet l’invité de l’émission «Tendance jeune» co-animé, par Hicham Lazrek de Radio Chaîne Inter et Laila Zerrour du quotidien «Aujourd’hui Le Maroc». Avec son physique de rêve, Mourad aurait pu faire carrière dans le mannequinat mais il a préféré se consacrer corps et âme à sa passion : le cinéma. Le beau gosse, comme le surnomme la grande majorité de ses amis est né à Casablanca. Il est l’aîné de la famille. Son regretté père Mostapha, était fabriquant de chaussures et sa mmère, Khadija, professeur de biologie et artiste-peintre.Tout petit, il était très curieux de nature et bavard. «Je suis toujours aussi curieux mais à d’autres niveaux», déclare-t-il. Alors qu’il n’avait que 4 ans, les gens le prenaient pour une petite fille à cause de ses longs cheveux. Mourad était un enfant intelligent et brillant à l’école. A l’âge de 12 ans, il a relu plus d’une vingtaine de fois le médical du 20 ème siècle, un ouvrage qui l’a profondément marqué. C’est au lycée Elbilia qu’il a étudié et décroché en 1999 un baccalauréat en communication commerciale. Un beau jour, il décide de quitter le Maroc pour aller vivre à New York, une décision qu’il a pris sur un coup de tête. «Je me suis réveillé très tôt un mardi matin et je me suis dis pourquoi ne pas aller vivre à New York. D’autant plus que j’avais un oncle qui vivait là-bas. Mon père avec qui j’entretenais une relation très libérale n’était pas contre, bien au contraire, il a tout de suite accepté ma décision», affirme Mourad. Une fois installé à New York, il poursuit des études en communication. Et c’est au cours de cette période qu’il découvre son amour pour le cinéma. Suite à une conversation avec un prof de théâtre américain, il décide alors de poursuivre son rêve secret : devenir acteur. «En réalité, trois personnes : un styliste anglais, un professeur de théâtre américain et un ex-animateur et professeur de théâtre marocain m’ont convaincu de me lancer dans le cinéma», explique t-il. Il s’inscrit alors à des cours d’art dramatique. Il rentre au Maroc suite à un appel téléphonique de son père. De retour au pays, il met son rêve d’acteur entre parenthèse pour s’occuper de son père qui est malade et à l’entreprise familiale. Un an après la mort de son père en 2004, il joue dans son premier long métrage «Wake Up Morocco» de Narjiss Nejjar. Si Mourad débute sa carrière au Maroc et non aux Etats-Unis, c’est parce qu’il ne se sentait pas encore prêt. «Je n’ai pas eu le choix. Quand j’étais aux Etats-Unis, je n’étais pas encore au stade de devenir acteur», dit-il. 2008 est une année assez exceptionnelle pour Mourad, il décroche trois rôles :  celui de Tarik dans «Française» de Souad Bouhati, Jamil dans «Kandicha» de Jérome Cohen Oliver, et guerrab dans «El guerrab» de Mohamed Ali Elmejdoub. Dans le tournage de «kandisha», Mourad se souvient que le premier jour était assez difficile. «Je me suis retrouvé en présence de Saïd Taghmaoui et Amira Casar qui sont des stars internationales. Le réalisateur était très stressé et il ne m’a pas mis vraiment à l’aise. Il faut aussi dire qu’à l’époque, je n’avais pas encore beaucoup d’expérience», souligne Mourad. Il aime particulièrement les rôles compliqués. «J’aimerais un jour jouer le rôle d’un psychopathe, une personne torturée ou un handicapé mental», affirme-t-il. Durant son parcours, le rôle qui l’a marqué le plus est celui de Souleymane dans «Les larmes d’argent» où il a été contraint de perdre 14 kilos. En l’espace de cinq ans, le jeune acteur a joué dans une trentaine de films (courts métrages, téléfilms, longs métrages). Mais comment peut –on devenir un bon acteur? Selon Mourad, il n’y a pas de miracle, ni de recette magique. «Il faut vivre des expériences dans la vie de tous les jours pour pouvoir les transmettre et les jouer à l’écran». Son téléphone ne le quitte jamais et quand il trouve un peu de temps libre lors des tournages, il se connecte sur Skype, msn ou Facebook pour communiquer avec ses amis du monde entier. Mourad a une autre passion : la mode. Il suit de très près les dernières tendances et adore le shopping. Pas question pour lui d’être à côté des dernières nouveautés. Mourad fait partie de ceux qui aiment prendre soin de leur physique. «Le physique c’est mon fonds de commerce. Il faut l’entretenir. Je prends soin de moi comme un camionneur prendrait soin de son camion ou un pianiste prendrait soin de ses mains», affirme-t-il. En dehors des tournages, il nourrit une passion pour le surf, les sports mécaniques et les arts martiaux. Cet acteur talentueux n’a pas fini de nous surprendre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *