Musique : 280 artistes au Festival Gnaoua d’Essaouira

Musique : 280 artistes au Festival Gnaoua d’Essaouira

La musique gnaouie s’invite encore à Mogador. Du 23 au 26 juin, les places mythiques de la ville d’Essaouira accueilleront quelque deux cent quatre-vingt artistes nationaux et étrangers qui offriront 34 concerts pour fêter la 14ème édition du Festival Gnaoua musiques du monde. «Autant de défis relevés puisqu’en 13 ans le festival a réussi le pari de la fidélisation et de la diversification de ses publics, de ses partenaires, de l’attractivité touristique et de l’impact économique, de la mise en valeur d’un patrimoine ou encore de la découverte des nouveaux talents», a souligné Neila Tazi Abdi directrice et productrice du festival lors de la conférence de presse, tenue jeudi 12 mai, à Casablanca. Deux nouveautés marquent cette édition, l’ouverture sur les jeunes talents musicaux d’Essaouira et l’organisation d’une panoplie d’activités sportives, culturelles et éducatives pour les Souiris ainsi que la mise en valeur de l’artisanat local à travers l’exposition des produits des coopératives féminines. «Pour la première fois, les élus locaux consacrent un budget pour le Festival Gnaoua dépensé au sein de la ville pour encourager les talents d’Essaouira», a indiqué la directrice du festival. Cet événement va démarrer avec un budget qui s’élève à10.600.000 dirhams, Notons que le public aura le bonheur de savourer un mélange de musique jazz, gnaoua, musique haïtienne et les saveurs africaines qui représentent cette année le centre du programme. Plusieurs artistes viendront relever ce véritable challenge artistique. Le maître Baba Sissoko s’illustrera avec la formation Mali tamani Revolution, aux côtés du maâlem Kbiber de Marrakech. Dirigée par le saxophoniste Jacques schwarz-Bart, Jazz-Racines haïti, une formation multi-éthnique à la recherche d’une musique pure, cette formation poussera l’expérience de la fusion encore plus loin aux côtés du mâalem Hassan Boussou, digne représentant de feu H’mida Boussou. La résidence artistique réunira cette année, maâlem Hassan Boussou avec Jazz-Racines Haïti. Un cocktail détonnant de musique et de danse sera offert par maâlem Omar Hayat avec La Halla KingZo, un spectacle qui promet d’être un des temps forts du Festival Gnaoua musiques du monde. Le Festival offrira encore une expérience faite d’émotions et rencontres spontanées. Tigran Hamasyan nous fera visiter les contrées méconnues du jazz arménien en fusion avec mâalem Mustapha Bakbou. Dans un style plus «urbain», le groupe Darga reviendra aux sources auprès de mâalem Abdelkébir Merchane. Enfin, la formation «Between Worlds» sera en fusion avec maâlem Hamid El Kasri. Le festival verra aussi la participation du Malien Salif Keita, du Somalien d’origine K’naan et de l’Indien Trilok Gurtu.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *