13ème Festival international des nomades: De la musique et des activités qui donnent de l’euphorie

Les trois jours du Festival international des nomades, dont les travaux ont commencé le 18 mars à M’hamid El Ghizlane par l’association des nomades, étaient non seulement  destinés à célébrer la musique des nomades dans ses différentes formes mais aussi à des activités variées ayant fait la joie du public présent.

L’objectif étant, entre autres d’offrir une distraction à la population locale qui semblait frustrée par la rareté de pareilles manifestations. «Nous sommes contents de voir la joie des habitants de cette zone n’ayant pas assez d’échappatoires», souffle à ALM Noureddine Bougrab, directeur artistique du festival, parallèlement au concert d’ouverture.

Senhaji enflamme la clôture malgré les perturbations de ses fans sur scène  

Après des shows époustouflants lors des soirées du vendredi et samedi, la clôture du festival s’est distinguée par le passage de Saïd Senhaji interprétant des chansons chaâbies qui donnent envie aux passionnés de cette musique de danser sur ses rythmes. Et si certains fans de l’artiste chantaient en chœur avec lui, d’autres ont créé un chaos lors du concert de l’artiste puisqu’ils ne manquaient pas de se diriger subitement vers la scène pour le saluer. Chose qui a incité les agents de sécurité sur place à se mobiliser davantage pour assurer le bon déroulement du concert de Said Senhaji qui s’est produit entre autres artistes lors de la clôture du festival.

Ondes de vibrations              

Outre le chanteur du chaâbi, le festival s’est distingué, vendredi, par la prestation de la danseuse flamenco, Nati James, et celle de Mnat Azawan, qui exalte la musique hassanie. Aussi la soirée du samedi a été marquée par la prestation d’artistes issus du Maroc et de l’Algérie. Entre autres, Farid Ghannam a fait vibrer la scène du festival en interprétant des chansons issues du répertoire de Khaled sans manquer d’introduire des mots berbères à l’instar d’Afous. A leur tour, les membres du groupe Imzad Guitare de l’Algérie qui chantent en berbère en se dotant de guitares électriques ont enflammé le même espace.

Anecdotes de la course des dromadaires  

L’un des moments ayant procuré la joie lors du festival était la course des dromadaires organisée samedi. La phase du lancement n’a pas manqué d’anecdotes puisqu’il fallait bien dégager la piste pour ces bêtes de crainte de heurter l’un des festivaliers. Par contre, le directeur de la manifestation a préféré refaire la compétition pour couper l’herbe sous le pied de certains tricheurs. Au moment du retour des participants à la compétition vers le niveau de départ, la destination d’un dromadaire vers le public a donné l’envie de fuguer et… de rigoler à la fois. Outre cette course, les initiateurs ont entre autres organisé lors de ce festival une compétition de hockey sur sable.

Un 1er forum des nomades

Cette rencontre, programmée pour la première fois lors du festival, selon le directeur artistique de celui-ci, était marquée, entre autres, par le partage de l’expérience de l’association espagnole Terrachidia, fondée à M’hamid, en construction de maisons en pisé. «C’est une construction traditionnelle qui est en train de disparaître», expliquent Carmen Moreno Adan et Raquel Pena Lopez, membres de ladite structure. «La construction de ces maisons, qui se fait par la collaboration des femmes et qui se termine au bout de 15 jours, commence par la porte puisque celle-ci est le premier espace public», détaillent-elles lors de ce forum marqué également par la projection du film «Caravan to the future» de sa réalisatrice franco-japonaise, Alissa Descotes-Toyosaki. Une œuvre qui a été présentée en avant-première lors du festival.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *