Abdelhafid Douzi: «Dounia Batma et moi promettons d’offrir une chanson 100% marocaine»

Abdelhafid Douzi: «Dounia Batma et moi promettons d’offrir une chanson 100% marocaine»

ALM : Comment est née l’idée du duo «Goliya kidrti» avec Dounia Batma?
 

Abdelhafid Douzi : Le duo a été proposé lors d’une rencontre avec la chanteuse qui est, comme vous le savez, l’une des artistes ayant le plus réussi sur la scène marocaine et arabe. A vrai dire, c’est un honneur, pour moi, de collaborer avec elle. Dounia Batma et moi promettons d’offrir une chanson 100% marocaine. Comme nous espérons être à la hauteur du goût du public marocain.  
 
Vous renouez avec votre style après avoir décidé de vous spécialiser en chanson religieuse. Comment expliquez-vous cela ?

Je suis toujours à la recherche des nouveautés en styles musicaux. En ce qui concerne ma chanson «Ramadan», je la considère en tant que nouvelle musique s’ajoutant à mon propre répertoire. Par contre, le fait que j’interprète une chanson religieuse ne veut pas dire que je me suis spécialisé dans ce sens. Pour ma part, je suis très attaché à la diversité musicale et tend constamment à innover et enrichir ma musique. Quant à «Ramadan», elle demeurera une expérience artistique dont je suis fier et que j’espère reprendre si les circonstances le permettent.                 
 
Vous vous êtes éclipsé un bon moment. Pourquoi ?

Le public, qui m’avait connu à l’âge de 8 ans, s’est habitué au chanteur «enfant» ayant des mélodies particulières en sa voix. Maintenant, cet artiste a grandi ; son aspect a changé et par conséquent sa voix. Alors, il fallait que je prenne une pause pour me concentrer sur les choix artistiques qui seraient adaptés aux nouvelles particularités de ma voix. Il était également question de créer une nouvelle identité musicale pour « Douzi » que le public aime aujourd’hui.  
 
Un duo en vue avec Ahmed Chawki après s’être produit à ses côtés à l’émission Taghrida ?

Ahmed Chawki est un ami et un frère qui m’est assez cher. Cela me ferait énormément plaisir de collaborer avec lui. Or, le seul duo que je prépare actuellement est celui que j’interpréterai avec Dounia Batma. Quand bien même, des duos avec d’autres artistes seront les bienvenus.  
   
Vous êtes attendu à plusieurs festivals au Maroc. Quelles seraient ces manifestations ?

Je saisis toute occasion me permettant de me rapprocher du public de mon cher pays et je réponds à toute invitation que je reçois des initiateurs des festivals au Maroc. Cette année, j’aurai rendez-vous avec mes fans dans les villes de M’diq et de Tanger. Comme je partirai, à la mi-août, à la rencontre du public de l’Oriental à Al-Hoceima. Le 21 août, je donne rendez-vous au public soussi, notamment celui d’Agadir. Par contre j’ai d’autres invitations qui n’ont pas encore été confirmées.   
                
Comment vous avez exploité votre départ en Belgique dans votre parcours?

Mon installation dans ce pays, en compagnie de ma famille, a constitué une étape importante pour la continuité de mon parcours. Ce départ m’a permis de rencontrer des personnes ayant excellé dans le domaine. De plus, leur fréquentation a contribué à mon apprentissage professionnel. C’est donc un départ qui a énormément servi mon parcours et m’a aidé à atteindre ce niveau-là.      
 
Qu’est-ce qui a motivé votre tendance pour le cinéma ? Envisagez-vous une carrière dans le domaine ?

J’allais entreprendre ce pas depuis mes débuts dans le domaine artistique. Or cette expérience n’a pu voir le jour que depuis deux ans lorsque mon ami, le réalisateur de gros calibre, Brahim Chkiri m’a proposé pour le 1er rôle du film «Esprit» aux côtés de Kalila Bounailat. A vrai dire, il croyait en mon talent en action. Et lorsque j’ai lu le scénario j’étais attiré par l’histoire du film que j’ai trouvée innovante.

D’ailleurs les films d’action marocains sont rarissimes. D’autant plus que j’ai pris du plaisir en compagnie de l’équipe lors du tournage, notamment les artistes de renom à l’instar de Rafik Boubker, Aziz Dadas, Hicham Behloul sans oublier Lamallem, Saâd Lemjerred et d’autres. Quant à une carrière en cinéma, je trouve que celle-ci exige une concentration entière, chose que je ne peux pas faire pour l’heure vu mon travail qui demande, entre autres, des déplacements de temps en temps. C’est pourquoi je préfère me concentrer sur la musique plus qu’autre chose.            
 
Des projets en vue ?

Après achèvement de la tournée estivale, il est prévu que je lance des clips que j’ai tournés aux Etats-Unis et au Canada depuis des mois. Je promets également plein de surprises au public à qui je dois une fière chandelle puisqu’il m’apprécie et contribue à mon succès. Alors j’espère être toujours à la hauteur !
 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *