Clôture du festival «L’Hay Bel Fann»: Omar Sayed honoré dans son fief

Clôture du festival «L’Hay Bel Fann»: Omar Sayed honoré dans son fief

Le leader du groupe n’a pas manqué de souligner l’apport considérable du quartier Hay Mohammadi qui représente un creuset de cultures, de musiques et des traditions reflétant toute la richesse et la diversité culturelle du Maroc.

Le festival «L’Hay Bel Fann», organisé au quartier Hay Mohammadi à Casablanca, a tenu toutes ses promesses lors de sa première édition. Clôturée samedi soir sur les rythmes musicaux des groupes appartenant à la nouvelle vague de musiciens du quartier mythique, cette manifestation a connu des moments forts, festifs et chaleureux. La cérémonie de clôture a été particulièrement poignante avec l’hommage rendu à Omar Sayed, le doyen du groupe légendaire Nass El Ghiwane qui a marqué plusieurs générations par des tubes gravés à jamais dans la mémoire de la musique nationale. Membre du groupe Nass El Ghiwane depuis les années 60, Omar Sayed est un chanteur pionnier de ce genre musical. Également acteur, cet artiste a connu la célébrité aux côtés des autres membres de Nass El Ghiwane dans les années 70. Le leader du groupe n’a pas manqué de souligner l’apport considérable du quartier Hay Mohammadi qui représente un creuset de cultures, de musiques et des traditions reflétant toute la richesse et la diversité culturelle du Maroc.

«Ce quartier qui a donné naissance aux groupes Nass El Ghiwane, Tagadda, Lemchaheb, Essiham, Mesnawa… a vu également émerger de jeunes artistes dont nous sommes fiers aujourd’hui», indique-t-il. Pour rappel, le Festival de Hay Mohammadi «L’Hay Bel Fann» est initié par l’association «Afrique Sans Frontières» en partenariat avec Casablanca events et animation et la wilaya de la région de Casablanca-Settat. Il s’agit d’une manifestation qui vise à rendre hommage à Hay Mohammadi mais aussi à faire connaître l’histoire riche et la mémoire de ce quartier emblématique du Maroc. Cet événement ambitionne également de créer un pont entre le présent et l’avenir à travers la culture en vue de permettre aux nouvelles générations de connaître leurs racines et leur histoire.

«L’Hay Bel Fann» a pu rassembler pendant trois jours durant différentes générations. Il a été marqué par la présence d’un parterre d’artistes de renom, issus de Hay Mohammadi comme Mohamed Miftah et Khansa Batma. Celle-ci a offert un voyage envoûtant au public casablancais à travers ses nouvelles et anciennes chansons. Le maître Hamid El Kasri était également de la partie. Ce dernier a fait voyager le public casablancais dans l’univers exaltant de la musique gnaouie à travers son répertoire aussi riche que varié. Côté artistique, des expositions ont été programmées pour revisiter la mémoire du quartier et ses figures phares et investissent la Fabrique culturelle des anciens abattoirs pour des concerts et séances de street-art.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *