Entretien avec Abir El Abed, chanteuse : «Je reste toujours éprise par la musique judéo-marocaine»

Entretien avec Abir El Abed, chanteuse : «Je reste toujours éprise par la musique judéo-marocaine»

La jeune chanteuse tangéroise nous parle de sa participation au premier Forum-Tanger «Tarab Al Ala» et ses projets après son passage à la cinquième édition d’Arabs got talent.

ALM : Que représente pour vous votre participation à cette première édition de «Tarab Al Ala» ?   

Abir El Abed : Je me sens très fière et enthousiaste de prendre part à ce premier forum. D’autant plus que l’association Confluences musicales, initiatrice de cet événement, m’a aidée, à travers son président Dr Omar Metioui, à mettre le pied à l’étrier comme artiste débutante. Je suis fière d’avoir été, pendant six ans, comme une des voix féminines au sein de l’orchestre «Confluences musicales». Ma participation à ce forum me permet de revivre les bons souvenirs que je garde comme ancienne membre active de cette association.

Qu’avez-vous préparé pour votre public tangérois ?

Je participe à ce premier forum à travers la signature de mon nouvel album «Andalusian Echoes», prévue le 9 février. J’ai voulu que cet album comporte une variété de chansons que nous avons choisies parmi notre patrimoine maghrébin, particulièrement marocain et algérien. Ce nouveau projet est composé aussi de quelques Mouwachahates du Moyen-Orient comme «Lama Bada Yatathana». J’interpréterai, au cours de cette signature, quelques morceaux de mon nouvel album. J’y serai accompagnée par l’orchestre Andalusian d’Amesterdam, dont les membres ont contribué à l’enregistrement de «Andalusian Echoes». Je serai présente parmi l’ensemble de la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima à cette même édition, et ce à travers un concert prévu le 10 février et sous la direction de Dr Omar Metioui.

Quel est l’apport de votre participation à la cinquième édition d’Arabs got talent ?

Ma participation aurait été encore plus importante sur ma carrière si j’avais participé à une émission 100% chants. Les candidats à Arabs got talent représentent les différents domaines d’art, sport,… Il n’empêche que mon passage à cette émission m’a permis d’avoir un large public aussi bien au Maroc que dans d’autres pays du monde arabe. J’ai été très contente d’avoir pu y faire connaître à chaque fois que je monte sur scène une partie de notre répertoire marocain et maghrébin.

Avez-vous eu des propositions après votre passage à cette émission ?

J’ai réussi à sortir, après mon passage à Arabs got talent, et à l’occasion de la Marche Verte, une chanson intitulée «Hayou Laâyoune», et ce en duo avec l’artiste fassi Mourad El Hachimi. J’ai participé à l’interprétation du clip «Mogador mon amour» avec Abderrahim Souiri, Raymonde Bidaouiya, Marouane Hajji, Sanae Marahati et Zineb Afailal. La réalisation de cette chanson, écrite et composée par Abdeslam Khaloufi, s’inscrit dans le cadre du troisième festival des Andalousies atlantiques d’Essaouira. J’ai participé à une série d’événements au Maroc et à l’étranger dont les festivals de Fès de la culture soufie, de voix de femmes de Tétouan et de Turning-Est d’Amesterdam, dont cette dernière édition a été marquée par la présence de grands artistes tels que Asmaâ Lamnawer et Melhem Zein. J’ai fait des tournées aux Pays-Bas avec les membres de l’orchestre Andalusian d’Amesterdam, qui m’ont encouragée à réaliser mon nouvel album «Andalusian Echoes».

Pourriez-vous nous parler de vos nouveaux projets d’artiste ?

Je suis en train de travailler sur une nouvelle chanson du patrimoine judéo-marocain. Je m’y consacre à fond. Car je reste toujours éprise par la musique judéo-marocaine et influencée par Sami El Maghribi, Salim Hilali, Zohra El Fassia, Slimane El Maghribi et Maxime Karoutchi. J’ai voulu à travers cette chanson faire une fusion à travers plusieurs modes de musique particulièrement étrangers et du patrimoine musical marocain.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *