festival Mawazine : Nahda, OLM et Bouregreg vibrent aux rythmes du monde

festival Mawazine  : Nahda, OLM et Bouregreg vibrent aux rythmes du monde

Dimanche soir, c’était le concert de l’Egyptienne Amal Maher, l’une des meilleures voix de l’Égypte sur la scène Nahda. Connue pour ses reprises des grands succès de Oum Kalthoum, Amel Maher a interprété des belles chansons qui ont marqué son parcours artistique, comme «Loula lmalama», «Mawoud» et «Sirt El Houb». Fidèle à sa tradition d’être toujours à l’écoute de son large public, Amal n’a pas hésité à satisfaire volontairement les demandes de ses fans. La scène OLM Souissi a elle aussi vibré pour l’une des stars les plus attendues de cette 14ème édition. Il s’agit du célèbre Jamaïcain Sean Paul. Devant à peu près 120.000 personnes, la superstar et maîtresse incontestée du Dancehall a offert une soirée mémorable.

En effet, lors de ce concert, le roi du Reggae a interprété un répertoire de hits planétaires. L’artiste qui a produit, jusqu’à présent, six albums et vendu plus de 10 millions de disques à travers le monde, est très apprécié du public marocain. Les amoureux de la musique africaine étaient au rendez-vous avec l’immense duo nigérien P-Square sur la scène de Bouregreg.

Chaleureusement accueilli, le duo inventeur du R’n’B a procuré aux festivaliers des moments de joie. Pendant plus d’une heure, le groupe a fait danser la foule en interprétant ses titres les plus rythmés. D’ailleurs il a été rejoint sur scène par le groupe marocain Barbapapa pour entonner ensemble la fameuse chanson «7ek Lili Nifi». Composé des frères jumeaux Peter et Paul Okoye, le duo P-devient célèbre grâce à des tubes comme «Bizzy Body 2», «Get Squared» et «Do Me». Leur premier album «Last Nite» sorti en 2003 était un véritable succès. En 2007, ils sortent leur album le plus vendu jusqu’à présent, «Game Over».

En 2009, le duo sort son quatrième album studio, «Danger». Avec plus de 8 millions d’albums vendus à travers le monde, soit l’équivalent de 16 disques de diamant en France, P-Square est l’un des groupes africains les plus célèbres à l’heure actuelle. L’un des temps forts du troisième jour du festival Mawazine était la performance mémorable de Débora Russ au cœur du site magique du Chellah. Cette artiste revisite ainsi quelques-unes des plus belles poésies du tango, les récréant de manière atypique et novatrice, reliant la tradition, le tango contemporain et le tango nuevo.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *