Le 4ème Festival «cœur à cœur» bientôt à Essaouira : 90 artistes-peintres réunis pour la bonne cause

Le 4ème Festival «cœur à cœur» bientôt à Essaouira : 90 artistes-peintres réunis pour la bonne cause

Le 4ème Festival «cœur à cœur» qui se tiendra du 11 au 14 juillet à Essaouira rassemblera 90 artistes-peintres.

«Nous aurons des artistes de tout le Maroc sauf le Sud», précise Belaid Belhaoui, initiateur de l’événement, qui indique également que d’autres invités viendront de France, d’Espagne, d’Angleterre et de Pologne.

La particularité de cette manifestation biennale réside, selon ses dires, dans son caractère caritatif. Les rentes seront, selon ses dires, versées à l’association rurale «Ida Oublal» dans la région. «Je suis ravi que tous les artistes aient répondu présent pour aider cette structure», exalte M. Belhaoui, également artiste plasticien. Selon lui, la valeur de l’ensemble des toiles, qui seront réalisées sur place, sera offerte à ces associations. «Pendant et après leur réalisation, les œuvres seront mises en vente. C’est le président de l’association qui décidera du prix des toiles avant d’en disposer», détaille l’organisateur. Cet argent servira, selon ses dires, à réaliser des accès à l’école par voie de véhicules scolaires. «Nous allons œuvrer là où il y a plein de cailloux et pas de route. C’est pour améliorer la vie dans la contrée de l’association», ajoute-t-il. D’après lui, il existe un besoin en eau dans ces alentours. «Il faut traverser 3 km pour avoir de l’eau. Nous allons également acheter des canalisations pour faciliter la vie dans les environs», poursuit l’artiste. De plus, les rentes serviront à la construction d’un espace destiné à l’alphabétisation.

Outre les artistes-peintres participants, des professeurs d’arts plastiques sont attendus à l’événement qui sera également marqué par l’organisation des expositions. «L’Institut français, que j’ai associé cette année à l’événement, organisera des vernissages pour les artistes. C’est formidable !», avance-t-il. Selon ses dires, deux artistes y exposeront leurs toiles. Le premier restera pendant 10 jours. Quant au deuxième, il présentera ses œuvres pendant deux mois. Par l’occasion, M. Belhaoui ne manque pas d’exprimer sa tristesse suite au décès de l’artiste-peintre Pierrette Karima Afifi. «Le festival a perdu un grand cœur !», révèle-t-il.

A propos du choix du trèfle sur l’affiche du festival, l’organisateur précise que chacune des feuilles symbolise la chance, l’amour et le bonheur. La quatrième insinuant le nombre d’éditions. «C’est rare de trouver un trèfle de 4 feuilles. Au milieu, dans le cœur du trèfle, l’île Mogador, qui était une prison, est illustrée avec une mosquée. Il y a un vrai tableau dans le trèfle», raconte-t-il. Quant à la couleur bleuâtre, elle renvoie à la dominance du bleu dans la ville. «Tous les artistes vont utiliser cette couleur en allusion à la protection de notre planète bleue et l’océan Atlantique», enchaîne l’organisateur qui rappelle que les artistes étrangers financeront leur voyage de leurs propres moyens. «Les artistes, y compris des calligraphes, viendront de près ou de loin pour aider un village en extrême urgence. C’est magnifique !», estime-t-il.

Quant à son intégrité pour l’organisation de l’événement, M. Belhaoui la doit à son sérieux. «Les artistes me font confiance!», conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *