Marrakech renoue avec son Festival des arts populaires

Marrakech renoue avec son Festival des arts populaires

La ville ocre dansera aux rythmes de troupes folkloriques de toutes les régions du Maroc

Le Festival national des arts populaires de Marrakech (FNAP) revient cette année avec une 49ème édition plus spéciale. Ce festival considéré comme étant le premier au Maroc et déclaré par l’Unesco comme chef d’œuvre du patrimoine culturel immatériel de l’humanité se tiendra cette année du 3 au 7 juillet. Cet événement a choisi cette année comme thème «Confluence des symbolismes et des gestuelles : pour valoriser et préserver le patrimoine culturel national». Selon les organisateurs, ce 49ème rendez-vous avec le patrimoine culturel marocain est «le dénominateur commun de notre héritage spirituel prospère, les confluences des gestuelles et la noblesse des symbolismes célèbrent le dialogue interculturel dans toute sa splendeur».

Dans ce sens, le FNAP transforme Marrakech en une grande scène où parade un répertoire diversifié traduisant une mosaïque singulière. La fête s’étend sur toute la ville. Des endroits les plus chargés de l’histoire (Palais Al Badiâ) jusqu’aux places les plus populaires (Jamaâ El Fna). «Au cœur du prestigieux site du palais El Badiâ, séculaire monument historique, œuvre du 16ème siècle, le FNAP accueille ces troupes somptueusement généreuses, pour présenter des tableaux aussi différents qu’unis. Les troupes célèbreront chaque soir la magnificence du Royaume, tout en rappelant la grande histoire de la vie».

Le public découvrira en effet une vingtaine de troupes folkloriques venant de toutes les régions du Maroc. Les percussions ascendantes de la Dakka Marrakchia, la beauté corporelle de la danse de la Rokba de Zagora, le déchaînement crescendo des rythmes des tambours de la magistrale troupe d’Ahouach d’Ouarzazate donnent la réplique aux ballets de l’ensemble de Kelâat Mgouna, aux Rouaiss du Souss, aux mélodies hassanies à la pureté de la danse de la Guedra des provinces du Sud et aux démonstrations idylliques et synchronisées au quart de tour, de Taskiouine, sans oublier évidemment tout le haut de gamme constitué par les prestations des groupes et solistes représentant les régions du Maroc central, de l’Est et du Nord, respectivement avec Aabidates Rma et l’Aïta, Laalaoui et l’arabo-andalou.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *