Nasr Mégri annonce la couleur pour 2016

Nasr Mégri annonce la couleur pour 2016

Après avoir lancé «Baghi Nefhem» en juin, le challenger de la World Music Arabe, Nasr Mégri, démarre la nouvelle année 2016 en lançant un nouveau tube intitulé «Mantach Wahdek 3al Bal».

Celui-ci sera bientôt diffusé sur les ondes de toutes les chaînes de radio nationales et privées marocaines et tunisiennes. Écrite et composée par le musicien Hassan Mégri, cette nouvelle chanson constituera un tournant dans le parcours de ce porteur du flambeau des Mégri. «Cette fusion historique entre les deux générations Mégri, père et fils, donnera sans aucun doute un nouveau souffle à la chanson maghrébine qui aspire à l’universalité, afin d’atteindre d’autres horizons».

En effet, «Mantach Wahdek 3al Bal» a déjà été lancée, pour la première fois, sur Chaîne Inter dans l’émission du brillant animateur Hicham Lazrek. Enregistré dans les meilleures conditions artistiques et techniques, ce nouveau tube est un chef-d’œuvre dont l’arrangement orchestral a été réalisé par le guitariste Oussama Gazoulit et l’organiste Hicham Fettouchi. En outre, elle a eu droit à un judicieux mastering aux Etats-Unis pour avoir des sonorités perfectionnées pour les auditeurs.

Pour rappel, le chanteur a créé en mars 2012 son propre groupe, appelé le «Nasr Mégri Band» pour entreprendre une sensationnelle aventure pleine de défis, dont l’objectif initial est de pérenniser le style musical des Mégri auquel il appartient et de le transporter au-delà du Maghreb et du monde arabe. Nasr Mégri a  depuis son jeune âge mené une vie qui le prédisposait à être un grand nom dans ce domaine. En plus de son talent inné, Nasr a étudié le solfège et maîtrisé les secrets de jeu de la guitare et du piano au Conservatoire de Rabat.

Puis, il se branche, aussi, sur le cinéma, en faisant des études cinématographiques. Ses diplômes en poche, Nasr Mégri se consacre entièrement à la musique, sort son premier album «Fyoum Lefrah», suite auquel il commence à retenir l’attention des professionnels du domaine et du public.

Mais, il faut dire que sa consécration en 2012 au dernier concert de son père Hassan Mégri à Mawazine lui donne du tonus et de la responsabilité pour être à la hauteur des légendaires Hassan, Mahmoud, Jalila et Younès. Une tâche qu’il a prise avec sérieux et conscience, puisque son travail a commencé à donner ses fruits grâce au second album «Winek» (2014) qui a remporté beaucoup de succès lors de sa tournée effectuée dans plusieurs festivals du Maroc, notamment Mawazine, Timitar et le Festival des musiques sacrées.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *