Quand Symphonyat universalise la musique marocaine

Quand Symphonyat universalise la musique marocaine

Demain soir, 4 voix très connues et appréciées viendront encenser la place de l’hippodrome de Casablanca: Neta El Khayam, Nabila Maan, Sanaa Marahati et Mohamed El Asri. Dirigés par le chef d’orchestre Tom Cohen, 40 musiciens professionnels issus d’horizons différents accompagneront les chants. Une symbolique forte d’un mélange culturel assuré. Les détails.

Grâce à la contribution de quarante musiciens marocains et étrangers, dirigés par le chef d’orchestre Tom Cohen,- qui n’est plus à présenter- Symphonyat compte bien faire découvrir au monde les profondeurs de la musique marocaine. Basé sur le pluralisme et le brassage culturel, le choix du chef d’orchestre n’est pas fortuit. La présence pour cette production à Casablanca de la talentueuse Neta El Khayam, aux côtés d’une voix aussi envoûtante que celle de Nabila Maan ou encore de celle de Sanaa Marahati et de celle aussi de l’éternel Mohamed Asri le confirme assurément. C’est dans cette optique que l’orchestre philharmonique Symphonyat se produira demain soir à l’hippodrome de Casablanca pour revisiter des mélodies empreintes du patrimoine marocain et réarrangées pour une écoute universelle. «L’idée que chacun des artistes apportera une couleur musicale particulière aux symphonies jouées et prendra la main des spectateurs pour une visite accompagnée de l’histoire musicale du Maroc, traduite à l’universel par des partitions inédites», expliquent les organisateurs. Il faut dire que Symphonyat est née du rêve de deux passionnés de musique. Karim Taissir est un mélomane, amoureux de musiques marocaines anciennes. Tom Cohen, pour sa part, est un chef d’orchestre passionné de musiques traditionnelles qu’il réorchestre pour des formations classiques et jazz.

«C’est un incroyable projet à niveau musical très élevé. C’est vraiment une combinaison des meilleurs artistes dans leur domaine. Avoir des personnes comme Karim Zyad, Omri Mor, Moustapha Antari, Moulouk, Driss Nigra et d’autres dans un seul et même orchestre est un rêve devenu réalité. C’est un rêve de pouvoir venir ici et de faire ce que je fais depuis si longtemps, à la différence que cette fois-ci je ne le fais pas pour un public qui trouve cela oriental ou exotique, mais pour des personnes qui comprennent cette culture et qui l’apprécient. C’est un vrai cadeau pour moi. Sur le plan personnel, c’est une magnifique expérience. Pendant les répétitions, une connexion s’est créée entre nous. Une connexion très profonde», confiera-t-il. C’est en 2016 que les deux cofondateurs Karim Taissir et Tom Cohen ont constitué l’orchestre que le studio de la Fondation royale Hiba a reçu pour une première résidence d’une semaine et qui s’est clôturé par un concert privé. Le projet a été, dès le départ, porté par l’association Avempace. Positionnée dans le développement des échanges musicaux à travers le monde, l’ONG vise à assurer la création, la promotion et la diffusion de contenu musical, artistique et culturel, au Maroc et à l’étranger. Un travail de près de 9 mois permettra une production qui comporte les classiques de la musique marocaine sous toutes ses facettes. La production dans d’autres villes du Royaume sera envisagée avec le soutien financier de mécènes et la disponibilité des membres de l’association compte tenu de leur responsabilité professionnelle dans des domaines souvent lointains de celui de la musique. A suivre…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *