Musiques sacrées : Barbara Hendricks à l’affiche

Le Festival des musiques sacrées de Fès continue son chemin. La treizième édition aura lieu du 1er au 9 juin prochain avec au programme plusieurs têtes d’affiches. Fidèle à son habitude, cet évènement se décline en trois grandes manifestations. Il s’agit du programme officiel, du festival dans la ville et des rencontres de Fès. Chacune de ces manifestations prend place dans divers espaces de la ville. Avec cette année un effort supplémentaire au niveau de la qualité des spectacles et une augmentation du budget qui est actuellement de 13 millions DH.
 A Bab Makina, chaque soir à partir de 20h30, les habitués pourront assister aux spectacles dans une ambiance calme. Parmi les artistes qui viendront animer cette scène figurent, entre autres, Barbara Hendricks «une grande amie du festival» selon les dires de la directrice de communication Amina Fassi Fehri. Cette chanteuse américaine sera accompagnée par l’ensemble Baroque Drottningholm et ouvrira le festival le vendredi 1er juin. D’autres artistes connus sont inclus dans la programmation concoctée par le Libanais Chérif Khaznadar, ancien directeur artistique du festival Mawazine Rythmes du monde.
La chanteuse iranienne, disciple du célèbre Mohamed Karimi, sera également de la partie. «Cela fait longtemps que nous voulions inviter cette artiste de renom au festival des musiques sacrées, cette année, elle sera enfin parmi nous», ajoute Amina Fassi Fehri. La Béninoise qui vit aux Etats-Unis, Angélique Idjo viendra pour sa part animer un concert le jeudi 7 juin à Bab El Makina. Sa musique mêle d’une façon harmonieuse les rythmes de l’Afrique et de l’Amérique Latine. A Bab Boujloud et au complexe sportif Bensouda le public a rendez-vous avec le festival dans la ville.
Cet espace a été ajouté cette année pour toucher un plus grand nombre de spectateurs. «Le complexe Bensouda est situé dans un quartier extrêmement populaire et nous avons voulu donner l’occasion à cette classe sociale d’assister aux concerts», indique le président du festival et wali du Grand Casablanca Mohamed Kabbaj Latifa Raefat, Majda Yahyaoui, Said Bey, Amarg Fusion, Mazagan, Darga, Bnet El Houariates et Abidates R’ma viendront se relayer sur les deux scènes. «La programmation du festival dans la ville se décline en deux registres différents : le premier moderne et le second beaucoup plus traditionnel», souligne Zineb M’rabet, directrice du festival dans la ville. Les nuits soufies sont également inclues dans le festival dans la ville. Chaque soir à partir de 23 heures, le public pourra découvrir les chants de plusieurs confréries de différentes villes du Maroc. Il y aura ainsi au programme : la tariqa Sqalia de Fès, la tariqa Tijania de Meknès, et la tariqa El Harakia de Tétouan pour ne citer que celles-ci.
Enfin, la troisième section du festival des musiques sacrées se déroule dans le musée Batha. Ce sont les rencontres de  Fès et auxquelles vont participer cette année  plusieurs chercheurs et écrivains du calibre de Mohammed Arkoun, Jacques Attali, Dominique Baudis, Robert Menchem et le Rabbin René Samuel Sirat. Pour cette édition, les organisateurs ont prévu contrairement aux années précédentes trois matinées pour les rencontres autour du thème «Le sacré et la modernité». «Ce thème s’inscrit dans le thème général de cette édition : "Souffle du temps et esprit des lieux", le souffle du temps c’est la mondialisation et l’esprit des lieux ce sont nos racines, notre patrimoine», explique la directrice du festival Naima Lahbil Tagemouati.
Les prix des tickets d’entrée à Bab El Makina varient entre 400 et 600 DH, pour les après-midi au Musée Batha, les prix sont fixés à 100 DH et pour le festival dans la ville, l’accès est gratuit. 

Ressources
Festival de Fès
Tél. : 035 74 05 35 – www.fesfestival.com

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *