Mutuelle nationale : Une bouffée d’oxygène dans la vie des artistes

Mutuelle nationale : Une bouffée d’oxygène dans la vie des artistes

La mutuelle consacrée à la grande famille du spectacle est le fruit d’une longue histoire d’engagement et de solidarité. Présidée par Mohammed Kaouti et administrée par des représentants de toutes les disciplines et tous les métiers du spectacle, elle est la plus à même de s’intéresser et de répondre aux problèmes que les artistes peuvent rencontrer. Elle propose plusieurs options selon les désirs et les besoins de chacun. Les remboursements des frais médicaux, dentaires, d’optique et d’hospitalisation, sont importants et rapides. «Après une année de préparatifs et à partir de tout un travail de fond, les formalités juridiques, administratives et techniques ont finalement été accomplies. Il fallait faire des ébauches des statuts correspondant à la spécificité de l’artiste, dans la mesure où ce dernier n’a pas de patron», déclare Mohammed Kaouti. La journée du 24 juin 2007, jour de la constitution de la Mutuelle nationale des artistes (MNA), restera gravée dans la mémoire des hommes et femmes de la scène culturelle artistique, ayant bataillé pour honorer cet univers de la création. Ils sont plus de deux mille artistes aujourd’hui, à s’inscrire à la mutuelle nationale des artistes, appartenant à différents secteurs. Il s’agit en effet des artistes dramatiques, lyriques, populaires, des plasticiens, des photographes d’art, des chorégraphes, auteurs, cinéastes, artistes de l’audiovisuel, des techniciens et employés liés aux métiers de l’art et de la culture. «La condition logique de l’inscription à la mutuelle nationale des artistes, aurait été la possession d’une carte professionnelle par les artistes. Mais du moment où cette carte continue de faire défaut, le droit à l’admission passera par un papier sous forme de corporation professionnelle artistique (Syndicat, association, chambre) à caractère national, ou des attestations de la part des institutions dans lesquelles ils ont réalisé une œuvre artistique. Ils peuvent obtenir ce document auprès du ministère de tutelle», déclare à ALM Mohammed Kaouti. Les artistes marocains peuvent se targuer d’avoir une mutuelle nationale inscrite dans l’ère du changement. Cette prise en charge en cas de maladies des artistes ainsi que des membres de leurs familles contribuera certainement à redorer et revaloriser le statut de ceux et celles ayant contribué à la revalorisation de l’univers de l’art et de la culture. L’artiste n’aura éventuellement plus besoin de recourir aux médias pour dénuder sa misère. C’est donc à partir d’un congrès constitutif auquel avaient pris part plus de deux mille artistes, que la mutuelle nationale des artistes était née. Cette initiative a été réalisée grâce au soutien des ministères des Finances, de l’Emploi, de la Culture et de la Communication. La philosophie de la mutuelle nationale des artistes, «n’est nullement basée sur l’exclusion, car aucune condition d’âge, ni d’appartenance ou non appartenance à une corporation artistique n’est imposée», affirme Kouti. Les artistes mutualistes auront la chance de bénéficier d’une couverture médicale se rattachant même à des maladies antérieures à leur inscription.
A côté de l’aide de l’Etat, il y aura les cotisations des adhérents ayant été arrêtées à 700 DH par an; 500 dh pour la conjointe et 300 dh pour chaque enfant.
Les responsables de la mutuelle nationale des artistes ont entamé une campagne de sensibilisation avec une assemblée d’artistes à Marrakech, Agadir et Essaouira. Un nouveau programme de visites et de contacts directs avec les artistes, à travers tout le Royaume, sera arrêté dans les semaines qui viennent.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *