Mythe : Le «Bigfoot», abominable homme de la Californie

La seule «preuve» de son existence est une séquence de 15 secondes de mauvaise qualité, mais 40 ans après cette prise de vues controversée, certains continuent à croire au «Bigfoot», créature mi-homme, mi-singe censée vivre dans les montagnes de Californie (ouest). Sujet d’innombrables canulars et d’enquêtes, ce rival en célébrité du Yéti de l’Himalaya a été filmé pour la première et dernière fois le 20 octobre 1967 dans une forêt du nord de l’Etat. Du moins, c’est ce qu’ont affirmé les deux cow-boys ayant ramené la pellicule, Roger Patterson et Tom Gimlin. La séquence montre une créature massive et poilue, qui traverse le champ de la caméra de gauche à droite et se retourne, présentant une face simiesque semblable à celle d’un gorille, avant de disparaître dans les sous-bois.
Cette séquence n’a jamais pu être reproduite malgré de nombreuses expériences avec des hommes en costume, et les tenants de l’existence du «Bigfoot» affirment qu’il s’agit de la meilleure preuve de son authenticité. Pour l’Américain Daniel Perez, rédacteur du site internet « BigfootTimes.net », convaincu de la réalité d’une bête également appelée « Sasquatch», le film représente la preuve ultime de son existence. «C’est la pierre angulaire du dossier Bigfoot», affirme M. Perez à l’AFP : «des gens disent que c’est juste un homme en costume de singe. Eh bien, je me permets de ne pas être d’accord. Si c’est un homme en costume, pourquoi personne n’a-t-il été capable de reproduire» la séquence du film? M. Perez assure que des techniques récentes d’amélioration de la bande originale ont mis en évidence les muscles de la créature en train de rouler sous son épaisse fourrure. «On ne peut pas faire ça avec un costume», remarque-t-il.
 Tom Yamarone, membre d’une association de passionnés qui organise des séjours dans les montagnes pour tenter de dénicher cet abominable homme de Californie, lui fait écho : «la séquence Patterson-Gimlin, bien que tremblante, représente l’étalon-or des preuves visuelles de l’existence du Bigfoot», affirme-t-il. D’autres ne sont pas convaincus. En 2004, Greg Long a écrit un livre dans lequel il a affirmé avoir identifié l’homme sous le costume. Il a aussi noté l’incroyable chance dont aurait bénéficié Patterson, justement parti dans la forêt pour trouver une preuve de la présence du Bigfoot, légendaire depuis le XIXe siècle dans la région.
Robert Stein, expert en images retouchées, a lui aussi du mal à croire à la coïncidence : «Roger Patterson voulait tourner un documentaire sur le Bigfoot. Il est tombé dessus du premier coup. Et en plus, il a filmé un Bigfoot en train de se déplacer en pleine lumière, dans des conditions idéales de prises de vues. Il n’a pas seulement eu de la chance, mais une chance incroyable».  Patterson n’est plus là pour se défendre, puisqu’il est mort d’un cancer en 1972. M. Long fait de lui le portrait d’un cow-boy sans emploi à la recherche d’argent facile à partir d’un canular.  Mais M. Gimlin, qui vit toujours, a toujours protesté de l’authenticité du film. Des experts en effets spéciaux ont remarqué pour leur part que la sophistication du costume d’homme-singe employé, si c’en est un, n’aurait pas été à la portée des deux hommes à l’époque. «A mon avis, la technologie et les effets spéciaux nécessaires pour créer un costume de Bigfoot aussi convaincant n’étaient pas disponibles en 1967», a écrit Ryan Peterson, spécialiste du maquillage ayant travaillé sur « Men in Black », dans un article publié cette semaine par le Salt Lake City Tribune.

Rob Woollard (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *