Nadia Essalmi : «Le livre doit devenir le compagnon de route des enfants»

Nadia Essalmi : «Le livre doit devenir le compagnon de route des enfants»


ALM : Comment s’articule cet événement autour de la lecture et du livre dans le tramway ?
Nadia Essalmi : Cette manifestation se déroulera en deux parties, du 1er au 7 novembre à Hay Karima à Salé au terminus du tramway et du 7 au 14 novembre à proximité de la Bibliothèque nationale de Rabat. Un tramway sera installé dans chacune des stations précitées, avec à chaque fois en parallèle un salon du livre pour enfants réunissant diverses maisons d’édition. Les tramways ne seront pas en circulation, mais ils abriteront des ateliers d’écriture, de conte et de lecture. Ils seront animés par des comédiens et écrivains connus. Les matinées seront dédiées aux écoles publiques auxquelles des bus seront mis à disposition, ainsi que plus de 2000 chèques livres d’un montant de 35 DH préachetés par des sponsors, pour que l’enfant choisisse le livre qu’il aimera lire. Les après-midi seront dédiés aux écoles privées et au public de tout genre autant que le week-end pour ce dernier.

Quel est le but de cette manifestation ?
Il faut éduquer les gens à lire, lire partout y compris dans les moyens de transport. Cette initiative devra être généralisée tout au long de l’année. Nous avons eu l’accord de la Société du tramway Rabat-Salé (STRS) pour accrocher les livres dans les trames. Le livre doit devenir le compagnon de route des enfants. Il s’agit également de réveiller les consciences: l’enfant doit prendre sa place dans la société marocaine que ce soit à travers le livre pour enfant, le cinéma, le théâtre ou la musique pour enfant. Ce dernier ne doit plus rester en marge de la société. L’objectif est aussi de faire connaître le livre pour enfant et donner à travers le salon un souffle aux maisons d’édition marocaines spécialisées dans ce domaine et qui proposent un produit qui parle aux enfants de leur culture. Dans ce dessein, le ministère de l’Enseignement devrait introduire nos livres dans les programmes scolaires.

Ce programme ne concerne-t-il que les enfants?
Ce rendez-vous est dédié aux enfants de 0 à 15 ans, mais aussi à la femme analphabète. A cette occasion, nous avons prévu la publication d’une BD passionnante qui s’intitule « Tagine au lapin ». En seront édités 10.000 exemplaires en français, 2 000 en amazigh ainsi que 10.000 autres en arabe dialectal si on trouve assez de soutien. La clôture de l’événement se fera avec le conteur de Jamaa El Fna Mohamed Bariz, pour créer une passerelle vers la tradition orale. Aussi après son accord de principe, j’attends la confirmation du groupe de Rap Hkan qui devrait animer gracieusement la clôture.

Avez-vous assez de soutien pour organiser cet événement?
Cet événement est organisé en partenariat avec la Société du tramway Rabat-Salé. L’Institut royal de la culture amazighe achètera 1000 exemplaire de la BD sortie pour l’occasion. L’ambassade de France a contribué avec 10.000 DH. Un important soutien a été octroyé par le Goethe institut ainsi que la Bibliothèque national. Nous avons eu la promesse du ministère de la Culture pour participer avec 30.000 DH, mais toutefois je réalise à quel point le livre n’est pas une priorité pour ce dernier. Nous sommes actuellement à 40% du budget pour réaliser ce projet qui nécessite 1 milion 100 mille DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *